De retour sur la toile, …

** Plusieurs mois d’absence, et pourquoi revenir écrire? **

Après plusieurs mois d’absence et de réflexion sur l’évidence ou non de rédiger de nouveau des posts, de questionnement sur le pourquoi du comment, des interrogations sur les sujets que je pouvais ou non partager…

Je vous avoue qu’il est pour moi pas facile d’écrire de nouveau. Je ne sais pas ce que je peux ou non partager, quelles sont les limites des choses à écrire, est-ce que ce que j’écris peut blesser ou être utilisé contre moi, … Tant de questions et peu de réponses.

Comme vous le savez, je suis séparée depuis 1 an et demi et le divorce n’est pas une chose facile et ce pour différentes raisons. La 1ère c’est que ça ne passe pas comme dans les films américains où tout le monde s’entend bien et qu’il n’y aucun désaccord, la 2ème c’est que dans une séparation il y a des blessures et dans mon cas 3 petits êtres à protéger!

En effet, après des mois et des mois de procédures, ce n’est toujours pas fini et je me dois de protéger mes 3 amours des désaccords entre leur maman et leur papa, des problèmes juridiques qui peuvent s’initier dans notre vie, et par conséquence des aléas émotionnels que ce soit chez leur maman et chez leur papa. Alors pour toutes ces raisons, je me suis enfermée dans ma bulle, j’ai créer un cocon douillet pour eux et pour moi, j’ai laissé entrer mon rayon de soleil (mon chéri) progressivement, en fait j’ai construit les bases de notre nouvelle famille. Les maître-mots de cette nouvelle vie : amour, patience, écoute, bienveillance et adaptabilité!

De mon côté, plus personnel, j’ai essayé de me reconstruire, de laisser le passé dans le passé, de regarder le présent droit dans les yeux avec amour et envie et d’envisager un avenir plus en phase avec mes aspirations et mes besoins. J’ai suivi un coaching qui m’a beaucoup aidé https://coaching-developpement-nice.com/ (merci ma belle et douce Lynda). J’ai fait des séances et des soins énergétiques avec une personne très douée et réceptive https://therapeute-ain.fr/. Et surtout, je me suis laissée du temps pour cicatriser et abandonner mes peurs. Et puis, j’ai été soutenu par ma famille, mes proches et mon chéri. Je me suis donner le droit de refaire mavie, de nouveau aimer une personne et lui donner ma confiance (et ça ce n’est pas une mince affaire). Je me suis réconciliée avec mon talent la peinture. Pour tous ceux et celles qui souhaitent découvrir mes toiles, je vous invite à visiter ma page insta @galerie_de_misstinguette

Du côté familial, j’ai pris le temps d’écouter mes enfants, de les accompagner dans les moments de joie, d’incompréhension, de tristesse et de colère. Parce qu’une séparation amène tout plein d’émotions qu’il faut partager. Ja’i fait les choses progressivement et avec bienveillance pour les aider à grandir et trouver leur place dans cette situation. Notre cocon à 4, nous l’avons construit ensemble et de jour en jour nous l’améliorons ou le modelons au besoin. Il y a bien évidemment des périodes qui sont plus difficiles que d’autres pour eux comme pour moi alors nous essayons de nous adapter.

Dans ce chemin, j’ai du me faire violence. De nature, bienveillante et parfois naïve, j’ai pensé que je pouvais tout surmonter seule, et que tout se passerait comme dans le monde des bisounours. Cette phase a été l’une des plus dure car j’ai eu la sensation de faire une chute libre et je devais surmonter cette épreuve sans devenir ni vindicative ni agressive car je me suis toujours promis que quoi qu’il arrive je serai toujours neutre auprès de mes enfants. Mais parfois la vie et les obstacles que nous recontrons fait que nous sommes obligés de prendre des décisions pour se protéger, pour nous protéger et pour stopper toute personne qui save profiter de la gentillesse des gens.

C’est pour cette raison principale que je n’écrivais plus. Eviter toutes confidences qui pourraient être mal interprétées ou mal utilisées. Aujourd’hui je décide de protéger ma famille.

A tous les parents qui se séparent, à ceux qui sont séparés depuis peu ou depuis longtemps, à ceux qui l’envisagent, je n’ai pas vraiment de conseils à donner juste soyez en phase avec vos décisions et vos principes et vos enfants le sentiront.

J’ai appris à accepter que je fais de mon mieux avec amour et bienveillance pour mes enfants et pour moi-même et ce que je vois c’est que mes enfants le sentent.

S’accorder le temps de s’écouter, de se laisser aller, de se reconstruire c’est pouvoir être disponible pour ses enfants et pour avancer ensemble.

Je vous souhaite à tous pleins d’amour, de bonheur, de joie, de complicité, …

Voici un échantillon de mes toiles 🙂

Ma plus belle reconnaissance

** Ce matin, j’ai reçu la plus belle des récompenses! **

Pour ceux qui me suivent depuis le début, ceux qui commencent à me suivre et ceux qui me suivront, je suis séparée depuis maintenant un peu plus d’un an. Un an que j’ai emménagé dans mon nouveau logement avec mes enfants, plus d’un an que j’ai annoncé ma décision au papa de mes enfants. Tous ces mois où j’ai donné tout ce que j’ai d’amour, d’écoute, de bienveillance, de tendresse, de bonne humeur, de positivité pour aider mes enfants à traverser ce cap de la séparation de leurs parents. Des semaines à essuyer leurs larmes à chaque séparation ou chaque moment de tristesse ou de tsunami émotionnel. Des heures à masquer ma culpabilité, mes cernes preuves de mes heures d’insomnies à ressasser, des moments pour moi aussi de désarroi et tristesse, à taire ma colère face à certaines remarques désobligeantes ou déplacées. Des heures à me sentir parfois seule malgré le soutien que mes proches et ami(e)s pouvaient m’apporter. Des heures à taire et/enfouir mes angoisses. Et puis, …

Ce matin, plus que tous les autres matins, ce jour plus que tous les autres, j’ai entendu la plus belle des reconnaissances. Ma grande de 9 ans m’a dit la plus chose qu’un enfant puisse dire à son âge et dans cettes situation. Ce matin, son discours m’a semblé être la plus jolie des caresses que j’ai reçu. Ma princesse tu m’as inspiré cet article! Quand à 7h du matin, elle me dit « tu sais maman on dirait vraiment que tu es une autre maman! Depuis ta séparation avec papa, tu es quelqu’un d’autre. En bien maman, parce que tu chantes à table, parce que tu t’amuses à faire des voix de toutes les tonalités inimagineables, avec des voix bizarres et drôles, parce que tu rigoles, parce que tu es heureuse. En fait maman, tu vois la maman de A., Tiziana, eh bien tu es comme elle! » Et puis c’est mon grand aquiesce également que je suis différente en bien. Ouah!!! Voici le plus beau compliment que mes amours pouvaient me faire. Ensuite ils ont ajouté que quand même parfois j’étais plus fatiguée qu’avant car je travaille beaucoup mais que c’est mieux quand même 😉 😉

Alors j’ai pris le temps de leur expliquer qu’en effet, je suis plus heureuse depuis la séparation et que depuis je suis enfin la maman que j’ai toujours voulu être, la maman fun, la maman spontanée, et qui parfois doit quand mêmerecadrer, mais avant tout la maman 100% disponible pour ses amours.

Alors j’ai envie de dire à toutes celles et tous ceux qui peuvent se culpabiliser d’une séparation, si vous êtes plus heureux(ses) dans vos vies, vos enfants le sentiront et ils en seront que plus heureux et épanouis. Se donner le droit d’être heureux est le meilleur cadeau que nous puissions nous offrir et le meilleur cadeau que nous puissions leur offrir!

Je dédie cet article à mes 3 amours qui sont l’un des meilleurs cadeaux de la vie que j’ai reçu. A vous mes 3 trésors que j’aime !

Mon plus beau voyage : (re)Découverte de mon moi

** Se recentrer sur son soi intérieur **

Depuis maintenant 1 année, j’ai fait le choix que beaucoup de parents sont amenés à faire. Un choix qu’il n’est pas facile à faire, une décision qui est compliquée à prendre surtout quand il y a des enfants. Je ne regrette en rien ce choix, cette nouvelle vie, car elle était plus que nécessaire et salvatrice pour moi et par conséquent m’a permis d’être plus heureuse et donc une maman plus disponible pour mes enfants.

Souvent lorsque les gens découvrent ta nouvelle vie, parfois même des personnes proches, il y a certains comportements qui changent, des sourires qui n’existent plus, des jugements, des commentaires (que tu n’as pas invité à faire), il y a des regards, il y a des messes basses, … Puis il y a les grandes surprises, des rapprochements d’amies, des personnes qui viennent te soutenir alors que tu n’avais même pas pensées à elles, …

Et puis, il y a un moment où tu sens qu’il est temps de prendre de la distance, faire une pause, fermer les yeux, se boucher les oreilles, respirer et encore respirer pour laisser aller tes émotions, tes frustrations, tes déceptions, tes incompréhensions pour enfin laisser place à ce petit rayon de soleil qui vient te chatouiller, celui que tu sens que si tu entrouvres ta fenêtre, rayonnera dans tout ton corps. Mais pour ça, il faut se donner le droit, accepter ce qui était pour accueillir ce qui et peut-être ce qui sera.

Si je fais un bilan sur ces 12 derniers mois, je peux sourire et être émue de tout ce chemin parcouru. J’ai été épaulée par beaucoup de personnes, j’ai aussi fait un grand ménage dans ma vie et je continue. Je suis partie faire un voyage et pour moi c’est le plus beau des voyages : Mon voyage intérieur ! Celui-ci est toujours d’actualité et le sera toujours, je l’ai compris. A travers toutes ces expériences, ces montagnes, ces chemins sinueux, ce désert interminable, je vois à l’horizon la beauté du paysage qui m’appelle, je sens ce rayon de soleil qui me caresse doucement les joues, ce long voyage est le voyage de ma propre vie.

Pendant cette traversée, comme beaucoup de personnes qui prennent la décision de mettre fin à une histoire on se sent épié, on se sent dans l’obligation de se justifier, on se sent coupable auprès de ses enfants, on se sent égoïste, on se sent tout le temps mis sur la sellete ou pointé du doigt ; en tout cas c’était mon ressentit jusqu’à aujourd’hui. Alors j’ai eu l’impression d’avoir à me jusitifier, d’apporter des preuves, d’éviter les regards menaçants et réprobateurs. Les autres s’imaginent aussi que celui ou celle qui a pris la décision ne souffre pas. Peut-être que cette personne souffre tout simplement d’une manière différente de la personne quittée mais ça à l’extérieur on ne le voit pas. On s’imagine que la personne qui décide de tourner la page est ultra heureuse et va le vivre super bien. Et pourtant, pour être la personne qui a quitté je peux vous dire que ce n’est rose tous les jours et qu’il peut être difficile de faire face à cette situation.

Puis un jour, on se dit STOP ! Un jour, on sent qu’il est temps de remercier la tristesse et la colère (parfois l’amertume du passé) pour enfin avancer sans se retourner. Pour cela, stop à l’automatisme de continuellement se justifier, se justifier c’est s’auto-convaincre que nous avons raison. Hors, de mon côté, je n’ai plus envie de cela.

Aujourd’hui, après avoir essayé de passer de la pommade sur tout, accepté des réflexions vindicatives, faire sourde oreille, donner les énièmes chances de, être gentille avec des personnes qui ne le rendent pas, je décide de me protéger pour les protéger eux aussi. Protéger ça veut aussi dire être moins bavarde, se confier aux personnes de confiance et vivre pleinement sa vie au présent sans les autres.

Mon choix m’appartient, mes raisons m’appartiennent. C’est ma vie et nous avons une seule vie je pense qu’il est primordial de se rendre heureux dans sa propre vie et de ne pas se laisser écraser.

« Carpe Diem »

Capture

yoga-2176668_1920

 

 

Imparfaite et fière de l’être, pas toujours évident

** Imparfaite et je l’accepte **

Ces derniers jours, suite à la situation actuelle c’est à dire confinement + télétravail + enfants à la maison + école en distanciel = 🙃 Super Maman devient un peu ffff .

Moi qui était si fière de mon titre de blog, qui prônait la non-perfection bah oui car personne n’est parfait !!! Eh bien je crois que je viens de me prendre l’effet boomerang.

Depuis bientôt deux mois, je me suis mise une pression de ouff. Je voulais assurer sur tous les fronts!

  • Être 100% dans mon télétravail, alors facile vous me direz, plus ou moins quand les enfants sont chez leur père
  • Donner tous, je dis bien tous les devoirs à mes aînés et assurer le programme scolaire
  • Continuer l’éveil de ma petite dernière qui fera sa 1ère rentrée scolaire en septembre (si tout va bien 😉 )
  • Acompagner petite dernière dans l’apprentissage de la propreté
  • Prendre le temps de jouer avec eux
  • Cuisiner des plats élaborés et équilibrés quotidiennement
  • Continuer mon sport (yoga matin et soir, courir tous les jours 1 semaine sur 2)
  • Maintenir ma maison propre, rangée, …

Alors au bout de 2 mois non stop à me transformer en jongleuse multi-tâches, des épis dans tous les cheveux, des cernes à rallonge, je crois que j’ai omis un truc, oui un méga truc « Moi » (Mais quelle égoïste cette maman 😉 ). Je me suis pliée en 4, en WonderWoman, à élaborer des plannings d’activités, de garde pour satisfaire les deux parents, mais moi dans tout ça, … Pfff

Et pourtant dans mon nouveau travail, comme dit notre CEO « c’est ok »!! Pas de surcharge ! A situation bizarre, mesures exceptionnelles prises ! Pour une fois dans mon expérience professionnelle, j’ai un CEO, une team (que j’adore 😍), une culture d’entreprise tournés vers L’HUMAIN !! Donc depuis le début du confinement, je m’entendais dire par mes collègues et CEO que c’est ok, d’abord les enfants ensuite le télétravail. Mais jusqu’à hier, Miss Culpabilité me chaperonnait et j’avais du mal à lâcher prise … Vous connaissez, cette Miss Culpabilité, celle qui te souffle dans l’oreille « Eh psst, tu viens de commencer ton taf, tu es en période d’essai, fais gaffe » ou « eh psst, tes enfants ! jouent avec eux! » ou « eh psst, ta maison est sale, regardes ton linge attend d’être repassé » ou « eh pssst, pas des pâtes encore! », … C’est bon vous voyez de quoi je parle ?! Ah oui puis comme si ça ne suffisait pas, je me fixais des objectifs sur mon avancement de développement personnel. Puis, arriva ce qui devait arrivé !! Le pneu a éclaté ! La cape de SuperWoman s’est décrochée ! Superwoman dans un style pop rétro - Telecharger Vectoriel Gratuit ...

Fallait bien que ça arrive ! Je me suis réveillée un bon matin, plus de forces du tout, des larmes qui inondaient mon visage, et mon lit me tenait prisonnière ! Mais Quenini ! C’est encore moi qui décide, nan ?! Alors je me suis levée telle une zombie et j’ai allumé mon ordinateur puis j’ai essayé, encore essayé mais plus possible. Il fallait que j’accepte que ce jour-là je devais impérativement me poser et laisser mes émotions bercer ma journée pour recharger mes batteries ensuite. Ce jour, mes deux superbes collègues ont immédiatement compris et m’ont imposé de faire une pause. Ce que j’ai fait. Je l’ai fais à ma manière. La première, vu que je suis une vraie pleurnicheuse (pour les bonnes comme pour les mauvaises choses), j’ai pleuré et encore pleuré. Et ce qui devait arriver, arriva, la crise d’angoisse a fait son apparition et là plus le choix. Seule chez moi, j’ai fait appel à mon grand-frère pour qu’il m’apaise avant que je ne tourne l’oeil (bah oui parce que les étoiles qui dansent devant les yeux c’est joli mais la nuit pas quand on est seule chez soi). J’ai repris mon calme et j’ai suivi ses conseils à lui. Prendre l’air, courir, casser sa routine, s’autoriser de craquer, s’autoriser d’être imparfaite, … Alors je suis allée courir 1h dans ma campagne, puis j’ai été chercher l’un de mes mets préférés, des sushis et pour le plaisir, des tartelettes au chocolat! Ah oui parce que j’ai aussi tendance à me frustrer niveau bouf de peur de trop grossir pendant ce fichu confinement …Et je me suis laissé aller toute cette journée. En fait, il était temps que je la prenne cette journée pour moi, sans travail, sans lessive, sans repassage, sans devoirs, sans obligation, sans frustration, …

En fait, j’ai voulu être parfaite sur toutes les coutures, je voulais être partout à la fois, sur tous les fronts. Ce que j’ai oublié c’est que pour être bien avec mes enfants, mes amis, mes proches, ma famille, mes collègues, il faut d’abord que je sois bien avec moi-même. Il est important de penser à soi pour pouvoir ensuite être disponible pour les autres. Moi qui suis si fière de mon nom de blog, il est temps pour moi d’accepter de nouveau qu’être une mère imparfaite, en plus d’être imparfaite dans d’autres domaines, c’est ok !

Chaque personne est différente et la plus belle chose que nous puissions nous offrir dans la vie c’est d’être authentique ! Alors, place à mon authenticité (et donc mon imperfectability;) )!

Quand arrive les vendredis, départ des enfants

** Vendredi, tour du papa, départ des enfants, mélange des émotions **

Le sujet dont beaucoup de mamans séparées ont besoin de parler, le départ des enfants chez leur papa (même les papas peuvent avoir besoin d’en parler 😉 ) un vendredi sur deux.

Souvent quand vous discutez autour de vous de la garde alternée, la plupart des personnes vous diront la même chose: « tu vas pouvoir profiter une semaine sur deux, repenser à toi, faire des choses que tu ne pensais plus pouvoir faire, sortir, aller danser, profiter,… » Alors oui c’est sûr nous pouvons le voir ainsi. Et peut-être qu’il est vrai que dans son imagination on programme les choses comme ça. Mais, oui il y a un mais, quand arrive le vendredi, la sensation n’est pas celle à laquelle on avait pensé.

En effet, le vendredi chez moi (et peut-être chez vous aussi parents séparés), mes enfants se réveillent d’humeur partagée entre le chagrin de laisser maman et l’excitation de revoir leur papa, un brin stressé par l’imminent changement d’environnement. Alors, oui, le vendredi avant le départ à l’école ce n’est pas de tout repos ni tout rose car leurs états me chagrinent et puis vient le soir où en rentrant du travail, vous n’irez pas récupérer les loulous à l’école ni à la crèche ou dans un contexte comme aujourd’hui vous accompagnez vos loulous chez l’autre parent. Vous repensez à ce que vous disaient vos ami(e)s de sortir, profiter,… Peut-être, pourquoi pas? Mais avant tu rentres chez toi, dans ton chez toi tout à coup vide, sans bruit, sans cris d’enfants, ou quand tu repars du domicile après les avoir laisser chez l’autre parent, ta voiture est calme et la route du retour est comment dire cafardeuse à en pleurer (et vous?). Bref il y a toujours ce moment de flottement, de profonde tristesse, de solitude et puis, … tu te souviens qu’avant tes enfants tu avais une vie et tu savais la voir en rose puisque tu ne connaissais pas le bonheur d’être parent.

Alors voilà, cela m’a pris pas mal de temps avant de me ressaisir le vendredi soir, et puis j’y suis arrivée. Alors biensûr il y a toujours quelques minutes de tristesse et je suis certaine que ce sera à vie mais aujourd’hui je le vis mieux.

En fait, je profite de ces moments pour me redécouvrir, prendre le temps de lire de nouveau, réécrire sur mon blog, contacter mes proches et surtout ressortir, redécouvrir le plaisir de faire la fête sans s’inquiéter de l’heure à laquelle je rentrerai et du prix de la nounou, manger aux heures que je veux, … Et plein d’autres choses. Ah oui, et n’oublions pas toutes les choses à faire à la maison, comme rattraper les machines en retard, repasser le tas de linge que tu avais mis de côté, faire les courses,…

Mais surtout, revoir la vie en rose, vivre intensément comme je savais le faire. Attention, je ne dis pas que lorsque mes enfants sont avec moi je ne vis plus. Pas du tout! En fait, pendant la période sans eux je recharge les batteries et ainsi je peux être avec eux à 100%, faire la folle avec eux, rire de leurs blagues et des miennes, garder mon calme si besoin, être à leur écoute,… En bref tout ce que je n’arrivais plus à faire depuis des lustres.

Alors oui, le vendredi, une fois sur deux on a le coeur brisé mais ne vous en faites pas on surmonte cette période, pour nous-mêmes, pour nos loulous. Et puis la vie continue et elle est belle !!

woman-570883_1920

Une rentrée scolaire pas comme les autres

** Une rentrée scolaire mouvementée **

Après de long mois d’absence, je me décide à revenir sur mon blog. Une absence longue, vraiment très longue mais tellement nécessaire. Je vous avoue que j’ai beaucoup réfléchis à cet article que j’allais vous partager. J’ai même hésité à fermer définitivement mon blog, pourquoi me demanderez-vous? Pour être franche, après la tempête que je viens de traverser je ne savais plus si j’avais envie de continuer à écrire pour vous partager mes anecdotes de maman. Et puis, la semaine dernière j’ai revu une amie, une ancienne collègue, qui m’a reboosté et surtout posé les bonnes questions quant à mon objectif pour ce blog. Alors, après réflexion, me revoilà, hésitante mais motivée à vous conter ces dernières péripéties.

Vous me direz: Pourquoi ce titre? Quel est le lien? Je sais, nous sommes à 1 mois de Noël et par conséquent, la rentrée est loin mais vraiment très loin derrière puisque tout le monde, ou presque, prépare Noël et la nouvelle année. De mon côté, la rentrée j’ai l’impression que c’était hier et en ce qui concerne la nouvelle année je me languis de la commencer différemment.

Alors voilà un petit flashback de toute cette période estivale et de rentrée scolaire plutôt mouvementées, un vrai tsunami! Cette rentrée scolaire a été le signe d’un grand changement, brutal pour certain et plus que nécessaire pour d’autres. J’ai soufflé ma 34ème bougie également avec un souhait tout particulier, celui de renaître et de redevenir la maman que j’étais. Après deux mois de vacances d’été plus que mouvementés, une prise de recul s’est imposée et j’ai emmené mes trois marmots chez mes parents pour faire le plein d’énergie avant cette fameuse rentrée. Mes trois amours étaient ravies de passer du temps avec leur grand-parent et tout excité de retourner à l’école, de retrouver les copains et copines, de passer en classe supérieure. Eh oui déjà le CE2 pour ma grande princesse, CP (donc 1ère année d’élémentaire) pour mon petit prince et dernière année de crèche pour ma dernière. De retour chez nous, l’excitation est à son comble mais l’ambiance n’y est pas. La tension est palpable pour tout le monde et ma décision est prise. Cette rentrée sera celle du grand changement, celle d’une nouvelle histoire qui sera difficile à vivre, à surmonter et à réorganiser. J’imagine que suite à ces quelques lignes vous vous doutez de la chute de cet article. Maman a pris une grande décision, très difficile à prendre mais nécessaire pour tous. Alors j’ai du expliquer à mes trois amours que cette nouvelle année scolaire allait être différente des autres parce que leur maman et leur papa se séparent. Je ne vous cache pas qu’ils ont été et le sont encore tristes de cette annonce. J’ai également essayé de leur expliquer les raisons de ce changement ainsi que les conséquences et la réorganisation. Depuis maintenant un mois, mes trois amours ont deux maisons et par chance (si on peut dire cela dans ce contexte) dans la même ville donc ils peuvent continuer leur année scolaire dans la même école et crèche, garder leurs copains et copines, continuer leurs activités extra-scolaires.

Après avoir traversé cette tempête qui a fait des dégâts pour tout le monde, parents comme enfants, nous commençons un nouveau voyage main dans la main « mes enfants et moi ». Ce n’est que le début de ce nouveau livre, je sais que nous traverserons des moments difficiles, tristes, de colères et d’autres d’euphorie, de bonheur et d’amour.

Aujourd’hui, c’est main dans la main avec mes petits amours, que je souhaite surmonter et commencer cette nouvelle vie.