2 semaines de vacances

** Déconnecter, Respirer, Profiter **

Voici en quelques mots mes objectifs pour ces vacances estivales.

Nous vivons tous une période assez particulière, disons cela oui particulière. Après des semaines de confinement, des semaines de télétravail, des semaines d’école à la maison, des semaines de restrictions de sorties, des semaines sans nos proches, des semaines pendant lesquelles nos émotions jouaient au yoyo, des semaines pour également profiter de cette pause en passant davantage de temps avec mes enfants, profitant de mon chez moi, de mes chats, des bruits de nature de nouveau audible, des petites joies simples naturelles et sans artifices. Le monde a essayé de reprendre, la routine a essayé de se reprogrammer, le retour au travail, les écoles qui accueillaient de nouveau les enfants, les réveils qui sonnaient, le trafic routier (moins dense tout de même), le train train quotidien avec quand même une vision plutôt différente du présent et de l’avenir. Toute cette période a été éprouvante pour mes enfants, pour moi, même pour mes chats et je suis presque certaine pour vous tous (qui que vous soyez, où que vous soyez, quoique vous fassiez, … ). Mes 2 semaines de vacances se sont rapprochées! Et voilà, je vous écris ce billet alors qu’elles sont déjà terminées. Elles étaient peut-être proche du déconfinement et pourtant je crois que je n’ai jamais autant apprécié la saveur de ses vacances.

Deux semaines de vacances pour recharger les battteries, pour retrouver ma famille, profiter des jardins, découvrir des paysages, observer mes enfants jouer avec leurs cousines, prendre des apéros avec mes proches, discuter de tout et de rien, respirer et enfin faire le plein de souvenirs dans ma tête.

La première semaine, je suis partie avec mes 3 amours dans la région où j’ai grandi. L’ouest de la France, proche de Nantes. J’avais loué un gîte au Pallet. Un village charmant. C’est ma mamounette qui a trouvé cet endroit pour plusieurs raisons mais la première était la distance très courte entre la maison de mes parents et le gîte. C’était une bâtisse charmante et accueillante dans une impasse calme : La brilleterie.  C’est un lieu que je recommande vivement, les propriétaires sont très à l’écoute et sympathiques. Aux alentours, il y a plein de sites à visiter, l’océan n’est pas trop loin. Bref je ne suis pas là pour faire de la pub … Cette semaine j’ai profité de cette proximité avec mes parents, mon frère, ma belle-soeur et mes nièces. J’ai eu le plaisir de découvrir que mes deux grands sont devenus suffisament autonomes pour se réveiller et préparer leur petit déjeuner sans leur maman. J’ai profité du fait qu’il n’y avait pas de lit pour ma petite dernière pour dormir avec elle. Enfin c’est vite dit! Eh oui, Melle dort dans la largeur du lit donc je dormais sur ce qu’elle voulait bien me laisser … 🙂 🙂 Le premier matin, 6h30 tout le monde était debout! Mes loulous voulaient absolument profiter de la moindre minutes avec leurs cousines 🙂 sauf que les cousines dorment au minimum jusqu’à 9h00 (elles, cette chance! 😉 ). Heureusement pour moi les autres matins, ils ont dormi plus longtemps. Nous sommes allés à Natural Parc. Ouah ce parc est génial ! Ils ont mixé plusieurs acitvités dans un seul espace : parc animalier, filets dans les arbres, glissades, jeux et attractions extérieures, labyrinthe ludique dans un champ de maïs. Nous y étions de 10h à 18h. Je vous avoue que j’étais rincée!!! Et après cette longue journée, je me disais que mes 3 amours dormiraient tôt, tu parles … Ils étaient tellement excités qu’ils ont eu beaucoup de mal à s’endormir. Je me suis autant amusée qu’eux. A ma grande surprise, mon fiston a surmonté ses peurs et a profité de chaque attraction, ma grande fidèle à elle-même a tout essayé et s’est fait des amies puis ma dernière, cette grande aventurière, a presque tout essayé et a fait courir son papi et sa mamie. Cette semaine de retrouvailles en famille a fait du bien à tout le monde. Les cousines et le cousin se sont bien entendus, ont défilé déguisés, ont dansé sur les sons de 3 générations (la leur, la mienne et celle de leur grand-parents), se sont gavés de gateaux apéritifs, ont plongé dans une piscine très froide, … En bref une semaine qui a permis de retrouver les liens familiaux qui avaient été suspendus pendant cette période de confinement. Et puis, ma petite dernière a soufflé sa 3ème bougie en compagnie de la famille et a reçu son 1er cartable 😉 . Après cette 1ère semaine de vacances, nous sommes repartis d’abord chez nous le temps d’une nuit pour ensuite refaire de la route en direction de notre 2ème location.

Et là, c’était une surprise pour eux. Cette partie s’est décidée en dernière minute. Je m’étais fixé des objectifs à essayer de tenir :

  • rester entre nous
  • Aller dans un endroit chaud, avec une piscine, pas dans un lieu trop blindé de touristes
  • Maximum 4h de route car la veille nous avions fait 10h de voyage…

Je savais que cette semaine allait être forte en émotion alors il fallait que tout s’organise au mieux pour tout le monde. Nous avons donc décidé de partir dans le Sud proche d’Avignon. Ce n’est pas tellement pour la localisation que nous avons choisi cette location mais plutôt pour le charme de la maison. Une maison provençale, avec des pierres apparentes, un jardin, un terrain de pétanque, un barbecue en pierre, une piscine sécurisée et l’intérieur très très jolie et cosy. Tout était réuni. Nous avions été séduits par ce lieu. Les enfants ont donc découvert la destination, la maison et la piscine une fois arrivés sur place. Autant dire qu’ils étaient fous de joie et d’émerveillement ! Ils avaient les yeux qui pétillaient de bonheur et d’excitation, encore plus quand ils ont découverts la baignoire en angle dans la SDB 🙂 🙂 Bref la semaine s’annoncait très bien. Le soleil, bien évidemment, était au rendez-vous quotidiennement, les cigales chantaient de 9h à 22h, l’odeur de la viande grillée nous chatouillait les narines. A ma grande surprise, ils se réveillaient entre 8h30 et 9h00 le matin et tout en autonomie descendaient pour jouer ou regarder la TV. Une des choses qui m’a le plus charmé c’étaient de pouvoir observer le bonheur de mes enfants via la fenêtre de la cuisine pendant que je cuisinais. Ce bonheur là n’a pas de prix ! De voir leur sourire, entendre leurs rires, les voir progresser dans la piscine, entendre leurs voix me proposer de l’aide pour cuisiner, les sentir se blottir contre moi et d’exprimer leur amour et bonheur. Pff je peux vous dire que j’ai fais le plein d’amour cette semaine-là.

Pendant ces 7 jours, nous avons profité de chaque instant, nager presque quotidiennement, ma grande a appris à nager sans bouées, mon fiston a surmonté sa peur de l’eau, ma petite dernière, comment dire, elle n’a peur de rien (mon pauvre coeur 😉 ) jouait dans l’eau avec sa grande soeur. Nous avons également dansé autour de cette piscine, accueilli ma cousine aixoise et son chéri, visité un fort, découvert les rues d’Avignon, visité L’Isle sur la Sorgue, marché sur le Pont du Gard et même barboté dans l’eau juste en-dessous de cette merveille, … Chacun de nous est reparti avec des étoiles pleins les yeux, les papilles régalés, des câlins et des mots d’amour dans le coeur, des souvenirs et encore pleins d’autres choses.

Je suis reconnaissante de pouvoir avoir pu passé d’aussi belles vacances avec mes enfants, ma famille, mes proches e tutti quanti.

Mes amours sont chez leur papa pour deux semaines et reviennent début août chez moi. Ma maison me semble calme, silencieuse mais l’écho de leurs rires et la vibration de leur amour m’accompagnent quotidiennement.

Je vous souhaite à tous de pouvoir profiter de vos vacances, de faire le plein de belles ondes positives, de partager votre amour.

 

Imparfaite et fière de l’être, pas toujours évident

** Imparfaite et je l’accepte **

Ces derniers jours, suite à la situation actuelle c’est à dire confinement + télétravail + enfants à la maison + école en distanciel = 🙃 Super Maman devient un peu ffff .

Moi qui était si fière de mon titre de blog, qui prônait la non-perfection bah oui car personne n’est parfait !!! Eh bien je crois que je viens de me prendre l’effet boomerang.

Depuis bientôt deux mois, je me suis mise une pression de ouff. Je voulais assurer sur tous les fronts!

  • Être 100% dans mon télétravail, alors facile vous me direz, plus ou moins quand les enfants sont chez leur père
  • Donner tous, je dis bien tous les devoirs à mes aînés et assurer le programme scolaire
  • Continuer l’éveil de ma petite dernière qui fera sa 1ère rentrée scolaire en septembre (si tout va bien 😉 )
  • Acompagner petite dernière dans l’apprentissage de la propreté
  • Prendre le temps de jouer avec eux
  • Cuisiner des plats élaborés et équilibrés quotidiennement
  • Continuer mon sport (yoga matin et soir, courir tous les jours 1 semaine sur 2)
  • Maintenir ma maison propre, rangée, …

Alors au bout de 2 mois non stop à me transformer en jongleuse multi-tâches, des épis dans tous les cheveux, des cernes à rallonge, je crois que j’ai omis un truc, oui un méga truc « Moi » (Mais quelle égoïste cette maman 😉 ). Je me suis pliée en 4, en WonderWoman, à élaborer des plannings d’activités, de garde pour satisfaire les deux parents, mais moi dans tout ça, … Pfff

Et pourtant dans mon nouveau travail, comme dit notre CEO « c’est ok »!! Pas de surcharge ! A situation bizarre, mesures exceptionnelles prises ! Pour une fois dans mon expérience professionnelle, j’ai un CEO, une team (que j’adore 😍), une culture d’entreprise tournés vers L’HUMAIN !! Donc depuis le début du confinement, je m’entendais dire par mes collègues et CEO que c’est ok, d’abord les enfants ensuite le télétravail. Mais jusqu’à hier, Miss Culpabilité me chaperonnait et j’avais du mal à lâcher prise … Vous connaissez, cette Miss Culpabilité, celle qui te souffle dans l’oreille « Eh psst, tu viens de commencer ton taf, tu es en période d’essai, fais gaffe » ou « eh psst, tes enfants ! jouent avec eux! » ou « eh psst, ta maison est sale, regardes ton linge attend d’être repassé » ou « eh pssst, pas des pâtes encore! », … C’est bon vous voyez de quoi je parle ?! Ah oui puis comme si ça ne suffisait pas, je me fixais des objectifs sur mon avancement de développement personnel. Puis, arriva ce qui devait arrivé !! Le pneu a éclaté ! La cape de SuperWoman s’est décrochée ! Superwoman dans un style pop rétro - Telecharger Vectoriel Gratuit ...

Fallait bien que ça arrive ! Je me suis réveillée un bon matin, plus de forces du tout, des larmes qui inondaient mon visage, et mon lit me tenait prisonnière ! Mais Quenini ! C’est encore moi qui décide, nan ?! Alors je me suis levée telle une zombie et j’ai allumé mon ordinateur puis j’ai essayé, encore essayé mais plus possible. Il fallait que j’accepte que ce jour-là je devais impérativement me poser et laisser mes émotions bercer ma journée pour recharger mes batteries ensuite. Ce jour, mes deux superbes collègues ont immédiatement compris et m’ont imposé de faire une pause. Ce que j’ai fait. Je l’ai fais à ma manière. La première, vu que je suis une vraie pleurnicheuse (pour les bonnes comme pour les mauvaises choses), j’ai pleuré et encore pleuré. Et ce qui devait arriver, arriva, la crise d’angoisse a fait son apparition et là plus le choix. Seule chez moi, j’ai fait appel à mon grand-frère pour qu’il m’apaise avant que je ne tourne l’oeil (bah oui parce que les étoiles qui dansent devant les yeux c’est joli mais la nuit pas quand on est seule chez soi). J’ai repris mon calme et j’ai suivi ses conseils à lui. Prendre l’air, courir, casser sa routine, s’autoriser de craquer, s’autoriser d’être imparfaite, … Alors je suis allée courir 1h dans ma campagne, puis j’ai été chercher l’un de mes mets préférés, des sushis et pour le plaisir, des tartelettes au chocolat! Ah oui parce que j’ai aussi tendance à me frustrer niveau bouf de peur de trop grossir pendant ce fichu confinement …Et je me suis laissé aller toute cette journée. En fait, il était temps que je la prenne cette journée pour moi, sans travail, sans lessive, sans repassage, sans devoirs, sans obligation, sans frustration, …

En fait, j’ai voulu être parfaite sur toutes les coutures, je voulais être partout à la fois, sur tous les fronts. Ce que j’ai oublié c’est que pour être bien avec mes enfants, mes amis, mes proches, ma famille, mes collègues, il faut d’abord que je sois bien avec moi-même. Il est important de penser à soi pour pouvoir ensuite être disponible pour les autres. Moi qui suis si fière de mon nom de blog, il est temps pour moi d’accepter de nouveau qu’être une mère imparfaite, en plus d’être imparfaite dans d’autres domaines, c’est ok !

Chaque personne est différente et la plus belle chose que nous puissions nous offrir dans la vie c’est d’être authentique ! Alors, place à mon authenticité (et donc mon imperfectability;) )!

Quand arrive les vendredis, départ des enfants

** Vendredi, tour du papa, départ des enfants, mélange des émotions **

Le sujet dont beaucoup de mamans séparées ont besoin de parler, le départ des enfants chez leur papa (même les papas peuvent avoir besoin d’en parler 😉 ) un vendredi sur deux.

Souvent quand vous discutez autour de vous de la garde alternée, la plupart des personnes vous diront la même chose: « tu vas pouvoir profiter une semaine sur deux, repenser à toi, faire des choses que tu ne pensais plus pouvoir faire, sortir, aller danser, profiter,… » Alors oui c’est sûr nous pouvons le voir ainsi. Et peut-être qu’il est vrai que dans son imagination on programme les choses comme ça. Mais, oui il y a un mais, quand arrive le vendredi, la sensation n’est pas celle à laquelle on avait pensé.

En effet, le vendredi chez moi (et peut-être chez vous aussi parents séparés), mes enfants se réveillent d’humeur partagée entre le chagrin de laisser maman et l’excitation de revoir leur papa, un brin stressé par l’imminent changement d’environnement. Alors, oui, le vendredi avant le départ à l’école ce n’est pas de tout repos ni tout rose car leurs états me chagrinent et puis vient le soir où en rentrant du travail, vous n’irez pas récupérer les loulous à l’école ni à la crèche ou dans un contexte comme aujourd’hui vous accompagnez vos loulous chez l’autre parent. Vous repensez à ce que vous disaient vos ami(e)s de sortir, profiter,… Peut-être, pourquoi pas? Mais avant tu rentres chez toi, dans ton chez toi tout à coup vide, sans bruit, sans cris d’enfants, ou quand tu repars du domicile après les avoir laisser chez l’autre parent, ta voiture est calme et la route du retour est comment dire cafardeuse à en pleurer (et vous?). Bref il y a toujours ce moment de flottement, de profonde tristesse, de solitude et puis, … tu te souviens qu’avant tes enfants tu avais une vie et tu savais la voir en rose puisque tu ne connaissais pas le bonheur d’être parent.

Alors voilà, cela m’a pris pas mal de temps avant de me ressaisir le vendredi soir, et puis j’y suis arrivée. Alors biensûr il y a toujours quelques minutes de tristesse et je suis certaine que ce sera à vie mais aujourd’hui je le vis mieux.

En fait, je profite de ces moments pour me redécouvrir, prendre le temps de lire de nouveau, réécrire sur mon blog, contacter mes proches et surtout ressortir, redécouvrir le plaisir de faire la fête sans s’inquiéter de l’heure à laquelle je rentrerai et du prix de la nounou, manger aux heures que je veux, … Et plein d’autres choses. Ah oui, et n’oublions pas toutes les choses à faire à la maison, comme rattraper les machines en retard, repasser le tas de linge que tu avais mis de côté, faire les courses,…

Mais surtout, revoir la vie en rose, vivre intensément comme je savais le faire. Attention, je ne dis pas que lorsque mes enfants sont avec moi je ne vis plus. Pas du tout! En fait, pendant la période sans eux je recharge les batteries et ainsi je peux être avec eux à 100%, faire la folle avec eux, rire de leurs blagues et des miennes, garder mon calme si besoin, être à leur écoute,… En bref tout ce que je n’arrivais plus à faire depuis des lustres.

Alors oui, le vendredi, une fois sur deux on a le coeur brisé mais ne vous en faites pas on surmonte cette période, pour nous-mêmes, pour nos loulous. Et puis la vie continue et elle est belle !!

woman-570883_1920

Confinement-télétravail-programme scolaire

** Confinement – Télétravail – Programme scolaire**

Après de long mois d’absence me voilà de retour. Et biensûr le sujet qui suit, touche tout le monde et peut-être saoûle tout le monde 😉

Mais voilà, besoin d’écrire sur sujet, besoin de libérer mes pensées, besoin de partager, besoin de me sentir soutenue; besoin de vous accompagner ou vous faire rire (et peut-être même pleurer). Bah oui en effet, pendant une période aussi restrictive partager pour soulager et puis aussi se lâcher à sa manière pour évacuer devient une urgence, pas vous?

Alors voilà, je reviens avec un sujet assez commun, courant et puis le titre est plus que révélateur 😉

Après  des mois intenses en changement entre l’aménagement dans mon nouvel appartement avec mes trois loulous, l’adaptation de la séparation (pour eux comme pour moi), la réorganisation des gardes, les allers-retours chez leur papa et chez leur maman; enfin le rythme est intégré. Et puis soudain SuperMaman trouve du travail donc changement de planning, adaptation de la routine quotidienne pour la garderie du matin et du soir, augmentation des journées crèche pour petite dernière. Au bout de 2 semaines de reprise de travail, mes loulous sont déjà bien adaptés et habitués, ça roule!!! Ouah au top!

Ooui mais, c’était trop facile vous me direz! Comment pimenter le quotidien d’une belle routine??? Allez et si on appuyait sur la touche « challenge-épidémie »!! Youhou c’est vrai qu’au bout de deux semaines ma routine me gavait! Nan mais oh!

Et c’est parti, le confinement est annoncé! Télétravail obligé! Je retourne dans ma réorganisation, l’adaptation pour les enfants d’être enfermés, de devoir faire l’école à la maison et adapter de nouveau la garde en fonction des restrictions. Sachant que je suis toujours nouvelle (même après deux semaines d’intégration), je dois continuer à me former, en télétravail biensûr. Et en même temps comme vous tous, parents, assumer le programme scolaire de mes grands (8 et 6 ans) et trouver des occupations à ma petite dernière de 2 1/2 ans. Et sinon l’asile le plus proche il est ou? 🙂 Parce que, je ne sais pas vous, mais moi assumer seule le programme scolaire c’est à dire tout, je dis TOUT, les leçons que les maîtresses nous demandent sachant que ce ne sont pas des simples devoirs du soir mais le programme scolaire quotidien à assurer, plus l’apprentissage de ma petite dernière, plus mon télétravail à assumer et en même temps continuer les obligations domestiques??? Autant dire que dans ma tête, je ne me sens vraiment pas seule, je ne sais pas combien elles sont là dedans mais à un moment elles vont s’entretuer… Mais physiquement et moralement je me sens seule et pas du tout efficace. J’ai beau me dire « tu fais de ton mieux » bah mon mieux je le trouve nul à ch*** en ce moment. Perfectionniste comme je suis j’aimerai que tout roule, mais ce n’est pas possible de tout assurer alors je vais essayer de lâcher un peu, de respirer un bon coup, de méditer,…

Et vous comment vivez vous cette situation?

Est-ce que vous aussi vous avez des conférences téléphoniques?

Est-ce que vous aussi, vos enfants font les clowns devant la caméra alors que tu es en conf call avec ton CEO???

Est-ce que toi aussi, tu rêverais d’être au bord de l’eau à profiter de ce magnifique qui comme par hasard brille en période de confinement???

Bon courage à tous et soutenenons le corps médical dans cette épreuve! Soutenons-nous les uns et les autres dans cette nouvelle épreuve!

IMG_6883

Une rentrée scolaire pas comme les autres

** Une rentrée scolaire mouvementée **

Après de long mois d’absence, je me décide à revenir sur mon blog. Une absence longue, vraiment très longue mais tellement nécessaire. Je vous avoue que j’ai beaucoup réfléchis à cet article que j’allais vous partager. J’ai même hésité à fermer définitivement mon blog, pourquoi me demanderez-vous? Pour être franche, après la tempête que je viens de traverser je ne savais plus si j’avais envie de continuer à écrire pour vous partager mes anecdotes de maman. Et puis, la semaine dernière j’ai revu une amie, une ancienne collègue, qui m’a reboosté et surtout posé les bonnes questions quant à mon objectif pour ce blog. Alors, après réflexion, me revoilà, hésitante mais motivée à vous conter ces dernières péripéties.

Vous me direz: Pourquoi ce titre? Quel est le lien? Je sais, nous sommes à 1 mois de Noël et par conséquent, la rentrée est loin mais vraiment très loin derrière puisque tout le monde, ou presque, prépare Noël et la nouvelle année. De mon côté, la rentrée j’ai l’impression que c’était hier et en ce qui concerne la nouvelle année je me languis de la commencer différemment.

Alors voilà un petit flashback de toute cette période estivale et de rentrée scolaire plutôt mouvementées, un vrai tsunami! Cette rentrée scolaire a été le signe d’un grand changement, brutal pour certain et plus que nécessaire pour d’autres. J’ai soufflé ma 34ème bougie également avec un souhait tout particulier, celui de renaître et de redevenir la maman que j’étais. Après deux mois de vacances d’été plus que mouvementés, une prise de recul s’est imposée et j’ai emmené mes trois marmots chez mes parents pour faire le plein d’énergie avant cette fameuse rentrée. Mes trois amours étaient ravies de passer du temps avec leur grand-parent et tout excité de retourner à l’école, de retrouver les copains et copines, de passer en classe supérieure. Eh oui déjà le CE2 pour ma grande princesse, CP (donc 1ère année d’élémentaire) pour mon petit prince et dernière année de crèche pour ma dernière. De retour chez nous, l’excitation est à son comble mais l’ambiance n’y est pas. La tension est palpable pour tout le monde et ma décision est prise. Cette rentrée sera celle du grand changement, celle d’une nouvelle histoire qui sera difficile à vivre, à surmonter et à réorganiser. J’imagine que suite à ces quelques lignes vous vous doutez de la chute de cet article. Maman a pris une grande décision, très difficile à prendre mais nécessaire pour tous. Alors j’ai du expliquer à mes trois amours que cette nouvelle année scolaire allait être différente des autres parce que leur maman et leur papa se séparent. Je ne vous cache pas qu’ils ont été et le sont encore tristes de cette annonce. J’ai également essayé de leur expliquer les raisons de ce changement ainsi que les conséquences et la réorganisation. Depuis maintenant un mois, mes trois amours ont deux maisons et par chance (si on peut dire cela dans ce contexte) dans la même ville donc ils peuvent continuer leur année scolaire dans la même école et crèche, garder leurs copains et copines, continuer leurs activités extra-scolaires.

Après avoir traversé cette tempête qui a fait des dégâts pour tout le monde, parents comme enfants, nous commençons un nouveau voyage main dans la main « mes enfants et moi ». Ce n’est que le début de ce nouveau livre, je sais que nous traverserons des moments difficiles, tristes, de colères et d’autres d’euphorie, de bonheur et d’amour.

Aujourd’hui, c’est main dans la main avec mes petits amours, que je souhaite surmonter et commencer cette nouvelle vie.

 

Mère imparfaite, et alors !

** Parents, leur montrer la voie**

Depuis que je suis maman, je me suis senti investit d’une mission, celle de montrer l’exemple. Cependant je n’avais jamais imaginer quelle serait la difficulté de le faire et de quelle manière. De nature exigeante et perfectionniste, il était pour moi primordial de leur transmettre des valeurs que l’on m’avait inculqué, des valeurs dans lesquelles je pensais me reconnaître. Et aussi des règles de vie connues de notre société que je pensais indispensable pour mes enfants. Et puis, et puis, …

Bah aujourd’hui, j’ai envie dire : « et puis flut! »

Je me suis longtemps demandé pourquoi ma fille aînée est si intransigeante envers elle même, pourquoi est-elle tout le temps sur le dos de son petit frère? Pourquoi mon second est si sensible? Qu’est-ce que j’ai fais qui les a rendu ainsi?

Et puis j’ai lu des livres, écouter des conférences, participer à des ateliers parent. Je me suis longtemps cherchée. J’ai essayé pleins de choses et méthodes différentes. Et puis, et puis j’ai rencontré une coach PNL qui a été LE déclic. Et j’ai lu LE LIVRE qui a été ma révélation, discuter avec une personne de ce fameux livre et des conséquences. Le livre dont je vous parle est les 4 accords toltèques. Et ce que j’ai compris et adapté dans ma vie de mère c’est le « je fais de mon mieux » et aussi « ne pas en faire une affaire personnelle ».

J’ai compris qu’il fallait que je lâche prise, que je sois plus à l’écoute de mon envie, mes ressentis auprès de mes enfants. Et que si les autres (familles, amis, proches, voisins, commères,…) ne sont pas d’accord et bien Flut! Et c’est tout d’abord en lâchant prise sur moi que j’ai pu le faire avec mes loulous. Je ne dis pas que c’est facile et que c’est acquis. Oh que non, tous les jours c’est un nouveau pas, un nouveau défi. Mais chaque fin de journée est une récompense. Puis surtout les sentir plus détendus, moins intransigeant envers eux mêmes, plus confiant, est un vrai cadeau pour moi.

Je me souviens encore de mon fils qui venait me voir en me disant « Maman je suis moche! » Les premières fois, j’étais anéantie, abasourdie. Je voyais que mes mots réconfortant ne l’aidaient pas. Alors j’ai cherché une solution. Je lui ai proposé de se positionner devant le miroir et moi derrière lui. Et je lui ai montré chaque partie de son visage en lui demandant ce qu’il voyait. La première fois je l’ai aidé en lui chuchotant à l’oreille « Mon fils, qu’est-ce que tu vois là? » et il m’a répondu « Mes oreilles, maman » alors je lui soufflais dans l’oreille « Je vois des oreilles prêtent à entendre des mots doux. Et là qu’est-ce que tu vois? » « ma joue, maman » « Oui une joue, mon amour, pour y déposer un bisou » … Et voilà comment j’ai instauré avec lui ce rituel devant le miroir et dès qu’il me redit cela nous le faisons ensemble. Un vrai moment d’échange de paroles douces, bienveillantes et d’amour.

Je me souviens de ma fille aînée qui cachait son carnet de liaison en CP de peur de me montrer son tableau des clefs du comportement en classe. Un jour, nous en avons eu assez avec mon mari. Elle était détruite par cette habitude scolaire totalement inappropriée à mon goût. Alors nous avons pris le temps de lui expliquer que nous n’étions pas d’accord avec ce système mais que par contre nous valorisons ces compétences et potentiels dans le reste. Nous lui avons appris à regarder les points positifs et à les gratifier. Puis à travailler doucement les points moins forts pour les transformer tout doucement en force. Elle a appris à être moins exigeante envers elle même et  prendre confiance en elle.

Mais être parent c’est aussi montrer l’exemple et leur expliquer que nous aussi parfois nous avons le moral au plus bas, qu’il peut nous arriver d’être en colère, d’avoir envie de pleurer sans raison. Nous aussi nous avons des émotions que nous devons extérioriser. Nous aussi nous essayons des choses qui ne fonctionnent comme reprendre l’école et finalement se tromper de voix. J’ai compris qu’il n’y a pas de mode d’emploi, ni de parents parfaits. Alors je m’écoute davantage et suis mes propres idéaux et instaure de nouvelles règles, de nouvelles habitudes qui ne seront pas toujours efficaces, je les changerai de nouveau. C’est cela aussi d’être parents, s’adapter à ses enfants, son environnement et ses idéaux qui évoluent.

En effet, mes enfants peuvent crier dans la rue. Oui parfois, il courent dans les magasins. Oui parfois, ils pleurent pour obtenir quelque chose. Oui, parfois ils ont des gros chagrins. Oui parfois ils peuvent bousculer. Oui, ils ne disent pas toujours stp, merci mais la plupart du temps si. Oui ils prennent de la place, font du bruit, coupent la parole, n’écoutent pas ou que ce qu’ils veulent, se réveillent à pas d’heure, …

Eh oui ce sont des ENFANTS qui apprennent à vivre, se sont des adultes en devenir. A nous de les accompagner au mieux et de redevenir des enfants pour vivre aussi heureux et innocents qu’eux 🙂

Le premier goûter d’anniversaire pour mon petit prince

** 4 ans pour mon petit homme, 1er goûter d’anniversaire **

Fin décembre mon petit prince a soufflé ces 4 bougies! Déjà 🙂 Je ne vais pas m’attarder sur le récit de ma première rencontre avec mon petit mec, ses premières tétées, ses premiers câlins, ses premières dents, ses premiers pas … là n’est pas le sujet, même si je pourrai écrire des lignes et des lignes. Nostalgie quand tu nous tient 😉

Chez nous, quand on souffle sa 4ème bougie, on organise pour la première fois son goûter d’anniversaire avec des copains et copines. Mes 3 enfants sont nés en période de vacances scolaires et étant un brin superstitieuse, je planifie leur goûter d’anniversaire après les vacances. Donc celui de mon petit prince était prévu fin janvier. Comme d’habitude, avec mon mari nous nous mettons d’accord sur le nombre de petites têtes qui viendront à la maison pour s’amuser. Et comme d’habitude, il y a toujours moyen de rajouter 1 ou 2 prénoms supplémentaires 🙂 Bref au lieu d’être 5 (en comptant mon petit prince), 9 enfants courent partout dans l’appart 😉 Pour mon petit garçon qui est un grand fan de Pat Patrouille, je voulais lui faire plaisir et ai décoré l’appartement et la table avec tous les personnages principaux: Chase, Rube, Rider, Zuma, Rocky, Stella, Marcus. C’est fou tout ce que nous pouvons trouver sur ce thème. Contrairement aux anniversaires de ma fille où j’ai pour habitude de me lancer dans le cake design, pour mon petit garçon, j’ai fait tout simple pour les gâteaux. Il était super fier d’accueillir ses copains, de leur montrer la super déco 😉 et de les inviter à jouer dans sa chambre. Moi qui était habituée aux anniversaires de ma princesse, je m’attendais à ne plus avoir d’oreilles à la fin de la journée mais en fait je m’étais trompée. A notre grande surprise, tout s’est fait dans le calme et la bonne humeur. Les copains et copines étaient contents de se retrouver et de jouer tous ensemble. Ce qui est, top la meilleure amie (attention il ne faut pas dire amoureuse sinon il se met en colère 😉 ) a une grande sœur qui est la copine de ma princesse. Alors à chaque goûter d’anniversaire nous invitons les deux. Ma fille était heureuse d’avoir sa copine et de pouvoir s’amuser aussi. J’avais prévu des masques à l’éffigie des héros Pat Patrouille pour faire des séances shooting mais ça n’a pas eu grand succès. En fait, ils n’ont pas eu besoin que j’organise des jeux puisqu’ils ont joué entre eux. Comme chaque anniversaire, j’imagine, ils se sont régalés avec les bonbons et popcorn puis nous sommes passés au gâteau avec les bougies. Pour ce premier goûter, j’avais prévu sur 2h, je pensais que c’était suffisant. Je trouve que c’était bien car au bout de 2h, les petits mecs ont commencé à s’agiter. Il était temps pour eux (et nous aussi 😉 ) que leurs parents arrivent. C’était vraiment chouette de voir mon petit prince s’amuser ainsi.

Ce qui me laisse penser qu’il a vraiment apprécié son anniversaire c’est lorsqu’il me parle déjà de son prochain goûter d’anniversaire et qu’il me liste déjà tous les copains qu’il souhaiterait inviter 🙂

Un peu de moi dans cette transition

** « Regardes droit devant toi »**

Depuis quelques mois, je vis une transition professionnelle et personnelle, intense en réflexion, en remise en question, en doute… Mais je suis avant tout surmotivée et fière de pouvoir ENFIN me réaliser. Comme tout changement, il y a un temps d’organisation, d’adaptation puis ensuite de kiff total 😉

J’ai vécu (et surmonté 😉 ) mon premier mois comme un marathon. Oui c’est vraiment cela, une course aux papiers, aux rendez-vous Pôle Emploi, aux appels pour le côté administratif et la concrétisation des premières étapes de ma réorientation professionnelle. Vous connaissez tous ces moments où vous arrivez à un guichet et qu’on vous dirige vers un autre guichet, puis un autre bureau ou qu’il manque des documents. Et cerise sur le gâteau, puisque j’étais frontalière j’avais doubles files d’attente, doubles paperasses, doubles appels… Enfin bref, une course effrénée pour clôturer et rendre les papiers à temps ! Ah oui parce que lorsqu’il s’agit d’imposer des dates toutes les administrations s’alignent et pas de négociation possible 😉 Franchement au bout d’un mois et demi j’ai enfin pu souffler, me poser sur mon canapé et respirer puis me dire fièrement que tout était réglé (enfin presque). Je n’aurais jamais imaginé que cela me prendrait autant de temps et d’énergie. En effet après autant de temps à courir, à m’investir dans la réalisation de mon projet auprès de l’école, à rencontrer des professionnels, une question me trottait dans la tête : « oui mais après? quand tout sera cadré, organisé, signé, je ferai quoi de mon temps libre? » Bah oui, je m’étais autant investi dans toutes ces démarches sans prendre le temps de souffler, de me poser et de regarder ne serait-ce que le ciel… ça fait cliché? Et pourtant c’était bien vrai! Comme-ci inconsciemment je m’étais organisée un agenda de ministre pour ne pas, même ne surtout pas, avoir du temps à réfléchir. Eh oui après le côté paperasse, je devais aussi m’occuper de moi, pas mon avenir, nan nan. Moi, en tant que personne, mon ressentit, mes émotions. Il fallait que je laisse parler mon moi intérieur et très honnêtement c’est quelque chose que je voulais faire taire. Pourquoi me direz-vous puisque comme je le dis si bien je me réalise enfin?? En effet, je me réalise, je concrétise un projet qui me tiens vraiment à coeur. Cependant pour réaliser mon projet, je dois dire adieu à la routine, à un chemin tout tracé, à un très bon salaire (faut le dire), à devoir surmonter des obstacles, me confronter à mes croyances limitantes et à mes propres barrières. Oui, j’adore le domaine dans lequel je me lance, je participe à des conférences sur ce domaine, je rencontre des professionnels qui sont intéressés par mon profil atypique et séduits par ma détermination. Oui lorsque j’en parle je sens dans mon corps cette passion. Mais je sens aussi la peur de ne pas réussir. Et pourtant, et même heureusement c’est ce qui me pousse à encore plus me concentrer sur ce projet et le premier objectif : réussir le concours!

Alors maintenant que ce temps d’organisation et d’adaptation est passé, je peux vous dire que je profite pleinement de ce temps libre. Je suis présente auprès de mes enfants et mon mari. Je m’investis pleinement dans ma passion et je vais même réaliser un stage d’immersion à la fin du mois. Je vous avoue que je suis fière du chemin que j’ai parcouru et surexcitée de continuer à vivre cette nouvelle aventure.

De WorkingGirl à Maman à plein temps

** Mes premiers mois de « Maman à la maison »**

Déjà deux mois, que dis-je même un peu plus, que ma vie professionnelle est en mode pause. Alors quels changements dans notre vie, notre maison, notre organisation, mon ressenti ???

Pour commencer, le grand changement pour nos deux loulous qui sont scolarisés est le rythme moins stressant et plus adapté à leur bien-être : plus de garderie le matin, moins de cantine! Et pour petite dernière : moins d’heure en crèche. Ça change quoi? Bah, je vous assure que ce rythme plus cool leur a fait un bien fou. Le matin, le réveil sonne à 7h 7h15 au lieu de 6h, on déguste tous ensemble notre petit déjeuner en prenant notre temps, on prend le temps de choisir sa tenue le jour même, on se fait des papouilles plus longtemps, on chante et joue sur le chemin de l’école, on a le temps de sortir les vélos ou les trottinettes pour faire un peu de sport sur le chemin de l’école, on prend le temps de se papouiller (encore et encore 😉 oui on est très câlin chez nous) devant la porte de la classe ou le portillon de l’école. ! J’ai même la possibilité et le temps de discuter avec les mamans ou papas à l’école. Et puis une fois les deux grands à l’école, je vais tranquillement à la crèche pour ma petite dernière. J’ai le temps de discuter avec les auxiliaires de puériculture. Je prends parfois même le temps de donner le biberon dans la section de ma choupette. Vous me direz que même en travaillant on peut faire pareil… En effet, mais comment vous expliquer? Il n’y a plus cette petite alarme dans la tête qui me dit « dépêches-toi, tu vas être en retard! » ou « n’oublies ton conf-call! » ou « qu’est-ce qu’ils vont penser au bureau si j’arrive en retard? » « tant pis si loulou est un peu malade, je ne peux pas m’absenter » ou « je ne serai pas là pour sa démonstration, je suis attendue à une réunion »… Toutes ces phrases-là, ces obligations, je les ai abandonné lorsque j’ai fermé la porte de mon bureau le dernier jour de travail.

Mes trois loulous sont à leurs occupations, ma journée commence. A quoi ressemble une journée d’une maman à la maison. Alors, en effet, comme tout stéréotype, il est vrai que je range la maison, que j’entretiens la maison, le linge… Mais pas que!

Mon premier mois a été une course aux papiers, aux rendez-vous Pôle Emploi, aux appels pour le côté administratif et la concrétisation des premières étapes de ma réorientation professionnelle. Franchement au bout d’un mois et demi j’ai enfin pu souffler, me poser sur mon canapé et respirer puis me dire fièrement que tout était réglé (enfin presque). Je n’aurais jamais imaginé que cela me prendrait autant de temps et d’énergie. Mais il n’y avait que le côté administratif à gérer, cela aurait été trop facile! Nan, nan il y a aussi le mental, mon mental. Fallait que je m’adapte à cette nouvelle situation, finit la double journée en seulement 24h00, oublier ma To Do List pro + perso. Et là je vous avoue que c’est une tout autre difficulté. Je vous en parlerai dans un prochain article plus perso…

Revenons à nos moutons. Mes loulous aussi ont du s’habituer à voir leur maman à la maison, à la sortie des classes, rentrer le midi manger, être accompagnés à leurs activités sportives ou sorties scolaires. Oui mais une maman à la maison, c’est aussi une maman qui vérifie les devoirs, les chambres ; une maman peut-être un peu trop derrière eux 😉 Alors nous avons dû tous s’acclimater à cette nouvelle situation, et moi de mon côté à lâcher prise sur certaines choses. C’est également, le plaisir de découvrir la progression de ma choupette à l’école et au sport et pour elle la fierté qu’elle ressent à chaque fois qu’elle lit une histoire soit à sa soeur soit à nous. Et mon petit homme qui est très fier de voir sa maman à l’école. Ce bonheur que je ressens tous les jours à pouvoir passer autant de temps avec ma dernière alors que je n’ai pas pu le faire pour mes aînés. Tous les trois semblent comblés de pouvoir disposer d’autant de temps avec leur maman. Oui mais attention, il ne faut pas que j’oublie Mr Papa 😉 Oui parce que tellement investit dans mon nouveau rôle, j’aurais peut-être tendance à voler la vedette à mon chéri. Alors là aussi, il fallait trouver le juste équilibre. Je crois que encore aujourd’hui, parfois je prends trop de place… Mais tout s’apprend petit à petit, peu à peu, tendrement.

Bref, un retour à la simplicité, place à l’amour, la tendresse, le lâcher prise, l’humour et parfois la frustration, au temps qui passe lentement. Une toute autre vie, une vision différente mais tellement nécessaire pour nous 5.

Une page se tourne

** Aujourd’hui, je tourne une page **paper-1100254_1920

Ce mercredi 28 février j’écris les dernières lignes de mon aventure professionnelle chez … Comme je vous racontais, avant noël j’ai été notifiée. En effet, ce fut une nouvelle plutôt assommante mais aussi très positive et arrivée au bon moment. C’est marrant comme la vie nous réserve de belles surprises. Ces deux derniers mois de préavis, je me suis consacrée à mon projet, à la finalisation de mes travaux dans l’entreprise, à la formation de ma remplaçante. Et je me suis également allée à l’imagination de mon avenir auprès de mon mari, mes enfants, mon retour à l’école,.. Que des idées positives pour me motiver et faire de cette transition un joli moment.

Bien évidemment, j’ai aussi traversé des moments boff et j’en vivrai très certainement d’autres. Cette dernière semaine était éprouvante pour moi (et mes proches). Un apéro d’au revoir a été organisé avec des petits cadeaux, des messages touchants, puis un déjeuner entre collègues.

Mon émotion que j’avais étouffé en me consacrant à mon projet a soudainement explosé. Heureusement, je travaille dans une entreprise de coaching dans la transition de carrière et finalement mon émotion, mes larmes ont été accueillis avec bienveillance par mes collègues choupettes.

Pendant ces dernières semaines, j’ai voulu rester professionnelle en occultant ces émotions, j’ai voulu jouer l’épouse forte en cachant ces émotions, j’ai voulu positiver auprès de mes enfants : « oui maman va très bien et je vais me consacrer à votre bien-être à 200% », j’ai voulu être une amie attentive, une sœur dévouée … Oui c’est beau d’être forte, quelle fierté. Sauf que… A quelques jours de mon départ, mes larmes qui attendaient sagement, n’ont plus attendu et ont inondé mes joues, mes émotions si douces qu’elles soient sont venues m’envahir pour être extériorisées.

Alors oui, c’est une magnifique opportunité, oui je vais enfin me lancer, oui je vais voir mon bébé grandir, oui je vais avoir du temps pour mon homme (et moi aussi 😉 ), oui mais…

Tourner la page après presque 10 années d’expériences professionnelles intenses, à courir partout, à avoir une ligne directrice quotidienne, une identification à l’entreprise pour laquelle on travaille, ce n’est pas aussi simple que ce que je pensais. Alors tout doucement, je vais écrire ces dernières lignes, remercier mes collègues, regarder une dernière fois mon bureau, embrasser une dernière fois mes collègues, râler une dernière fois, rendre mes clefs puis… Partir sans regarder derrière et juste retenir le positif, les bons moments, les rencontres enrichissantes et être reconnaissante de cette opportunité qui s’offre à moi.

Reconnue pour mon dynamisme, mon sourire et ma joie de vivre, je vais accueillir et entreprendre ce nouveau chemin de vie avec bonheur et enthousiasme. Aujourd’hui, je suis heureuse de me projeter dans cette nouvelle vie puisque je vais voir ma petite dernière grandir, accompagner mes deux aînés dans leur évolution, être disponible pour mon homme, prendre du temps pour moi et puis réaliser mon projet de rêve et me former au métier de la petite enfance.

Nouveau Chapitre …