Mère imparfaite, et alors !

** Parents, leur montrer la voie**

Depuis que je suis maman, je me suis senti investit d’une mission, celle de montrer l’exemple. Cependant je n’avais jamais imaginer quelle serait la difficulté de le faire et de quelle manière. De nature exigeante et perfectionniste, il était pour moi primordial de leur transmettre des valeurs que l’on m’avait inculqué, des valeurs dans lesquelles je pensais me reconnaître. Et aussi des règles de vie connues de notre société que je pensais indispensable pour mes enfants. Et puis, et puis, …

Bah aujourd’hui, j’ai envie dire : « et puis flut! »

Je me suis longtemps demandé pourquoi ma fille aînée est si intransigeante envers elle même, pourquoi est-elle tout le temps sur le dos de son petit frère? Pourquoi mon second est si sensible? Qu’est-ce que j’ai fais qui les a rendu ainsi?

Et puis j’ai lu des livres, écouter des conférences, participer à des ateliers parent. Je me suis longtemps cherchée. J’ai essayé pleins de choses et méthodes différentes. Et puis, et puis j’ai rencontré une coach PNL qui a été LE déclic. Et j’ai lu LE LIVRE qui a été ma révélation, discuter avec une personne de ce fameux livre et des conséquences. Le livre dont je vous parle est les 4 accords toltèques. Et ce que j’ai compris et adapté dans ma vie de mère c’est le « je fais de mon mieux » et aussi « ne pas en faire une affaire personnelle ».

J’ai compris qu’il fallait que je lâche prise, que je sois plus à l’écoute de mon envie, mes ressentis auprès de mes enfants. Et que si les autres (familles, amis, proches, voisins, commères,…) ne sont pas d’accord et bien Flut! Et c’est tout d’abord en lâchant prise sur moi que j’ai pu le faire avec mes loulous. Je ne dis pas que c’est facile et que c’est acquis. Oh que non, tous les jours c’est un nouveau pas, un nouveau défi. Mais chaque fin de journée est une récompense. Puis surtout les sentir plus détendus, moins intransigeant envers eux mêmes, plus confiant, est un vrai cadeau pour moi.

Je me souviens encore de mon fils qui venait me voir en me disant « Maman je suis moche! » Les premières fois, j’étais anéantie, abasourdie. Je voyais que mes mots réconfortant ne l’aidaient pas. Alors j’ai cherché une solution. Je lui ai proposé de se positionner devant le miroir et moi derrière lui. Et je lui ai montré chaque partie de son visage en lui demandant ce qu’il voyait. La première fois je l’ai aidé en lui chuchotant à l’oreille « Mon fils, qu’est-ce que tu vois là? » et il m’a répondu « Mes oreilles, maman » alors je lui soufflais dans l’oreille « Je vois des oreilles prêtent à entendre des mots doux. Et là qu’est-ce que tu vois? » « ma joue, maman » « Oui une joue, mon amour, pour y déposer un bisou » … Et voilà comment j’ai instauré avec lui ce rituel devant le miroir et dès qu’il me redit cela nous le faisons ensemble. Un vrai moment d’échange de paroles douces, bienveillantes et d’amour.

Je me souviens de ma fille aînée qui cachait son carnet de liaison en CP de peur de me montrer son tableau des clefs du comportement en classe. Un jour, nous en avons eu assez avec mon mari. Elle était détruite par cette habitude scolaire totalement inappropriée à mon goût. Alors nous avons pris le temps de lui expliquer que nous n’étions pas d’accord avec ce système mais que par contre nous valorisons ces compétences et potentiels dans le reste. Nous lui avons appris à regarder les points positifs et à les gratifier. Puis à travailler doucement les points moins forts pour les transformer tout doucement en force. Elle a appris à être moins exigeante envers elle même et  prendre confiance en elle.

Mais être parent c’est aussi montrer l’exemple et leur expliquer que nous aussi parfois nous avons le moral au plus bas, qu’il peut nous arriver d’être en colère, d’avoir envie de pleurer sans raison. Nous aussi nous avons des émotions que nous devons extérioriser. Nous aussi nous essayons des choses qui ne fonctionnent comme reprendre l’école et finalement se tromper de voix. J’ai compris qu’il n’y a pas de mode d’emploi, ni de parents parfaits. Alors je m’écoute davantage et suis mes propres idéaux et instaure de nouvelles règles, de nouvelles habitudes qui ne seront pas toujours efficaces, je les changerai de nouveau. C’est cela aussi d’être parents, s’adapter à ses enfants, son environnement et ses idéaux qui évoluent.

En effet, mes enfants peuvent crier dans la rue. Oui parfois, il courent dans les magasins. Oui parfois, ils pleurent pour obtenir quelque chose. Oui, parfois ils ont des gros chagrins. Oui parfois ils peuvent bousculer. Oui, ils ne disent pas toujours stp, merci mais la plupart du temps si. Oui ils prennent de la place, font du bruit, coupent la parole, n’écoutent pas ou que ce qu’ils veulent, se réveillent à pas d’heure, …

Eh oui ce sont des ENFANTS qui apprennent à vivre, se sont des adultes en devenir. A nous de les accompagner au mieux et de redevenir des enfants pour vivre aussi heureux et innocents qu’eux 🙂

Être une femme

** Libères la femme qui est en toi… »

J’imagine déjà vos expressions sur vos visages, vos yeux s’écarquiller, vos pensées s’agiter, … en lisant ce titre et ce sous-titre de mon article ci-dessous. 🙂 🙂 Et j’ai bien envie de vous faire attendre, de laisser votre imagination faire des siennes … 🙂 🙂 Mais pas longtemps.

En effet, je vous l’accorde ces titres peuvent vous interpeller, ou avoir une toute drôle de connotation. Je vous rassure ce n’est pas de sexe 😉  que  je vais vous parler, mais plutôt des femmes en général, d’être femme, assumer d’être femme, à notre époque. Vous vous demandez pourquoi ce thème, qu’est-ce qu’il me passe par la tête. Hier soir, je suis allée assister à une conférence à St Sorlin en Bugey, animée par Sabine Barbier (coach en développement personnel). L’intitulé de cette conférence était « J’ose libérer la femme qui est en moi ». J’ai eu connaissance de cette soirée par mon petit frère qui a déjà participé à des week-ends de découverte PNL avec cette coach et qui m’a beaucoup parlé de sa méthode. Par curiosité j’ai visité sa page Facebook et j’ai découvert qu’elle avait planifié la conférence sur le sujet des femmes. En lisant le descriptif, je me suis senti envoûtée et curieuse d’en entendre plus et de rencontrer cette coach dont mon frère me parlait souvent. D’autant plus que je suis dans une phase où je ressens le besoin de m’affirmer, de me redécouvrir en tant que femme. Alors me voilà sur la route pour le début d’une aventure à la rencontre de ? de mon moi, mon moi bien caché. Alors vous avez envie d ‘en savoir plus, j’ai chatouillé votre curiosité??

Continuons. Vous êtes-vous déjà posée la ou les questions suivantes:

  • qui suis-je?
  • quelles sont mes passions? mes envies?
  • les valeurs que je m’obsède à inculquer à mes enfants sont-elles les miennes? ou celles de mes parents?
  • est-ce vraiment moi qui décide certaines choses? ou suis-je dans le faire plaisir?
  • est-ce que seule je réagirais différemment?
  • est-ce que je vis ma propre vie ou celle qu’on a choisi pour moi?
  • suis-je tributaire de cette société de consommation? ou pourrais-je vivre plus heureuse avec moins (d’argent, de superficiel)?

Je ne vais pas aller plus loin dans les questions, à vous de continuer la liste si vous le souhaitez ou de remplacer les questions par d’autres qui vous correspondent plus. Mais en effet, je suis dans ce cheminement depuis quelques temps, je crois même depuis la découverte de ma 3ème grossesse. Alors j’ai senti que je me devais d’aller à cette conférence. Et je peux vous dire que je suis ravie d’y être allée. Non seulement, parce que je me suis fais violence pour aller y assister seule mais aussi parce que j’étais consciente que j’allais entendre des choses qui résonneraient en moi et même qui me brusqueraient. Parce qu’aussi j’ai découvert la beauté du village de St Sorlin En Bugey et également celui de Lagnieu au retour.

Et voilà, j’ente dans cette petit salle, Sabine est à l’entrée pour nous accueillir. Passées les présentations, nous prenons place. Je me sens impatiente mais aussi un peu stressée. Contrairement à ce qu’enseigne la PNL , elle décide de commencer la conférence par parler du problème: « Pourquoi est-ce compliqué de libérer cette femme qui est en nous? » « Que nous évoque le titre de la conférence? » « C’est quoi être une femme libérée? ». Une fois qu’elle a entendu nos réponses, elle continue. Elle nous parle de nos propres barrières que nous nous sommes érigées petit à petit, des valeurs qu’on nous a inculqué et que nous avons conservé (à contre cœur peut-être), du regard des autres, des bagages de nos parents (et là vous allez me dire, c’est à dire?? ;), j’y reviendrai), du regard que l’on se porte sur nous-même, des fausses croyances,… Elle nous a montré un encart publicitaire de Dove. Je ne l’avais jamais vu celui-ci. Les réalisateurs avaient filmé des mises en situation de ce que nous, Femmes, pouvons penser de nous lorsque nous nous observons dans le miroir sauf que cette fois les critiques étaient adressées à une autre femme. Un petit exemple, deux amies sont assisses autour d’une table et boivent un café, l’une d’elles adresse à son amie des critiques telles que nous nous dirions en observant notre reflet dans le miroir. L’objectif de cet encart publicitaire étant de mettre en avant à quel point nous sommes dures et injustes envers nous-mêmes. Je vous avoue qu’en visionnant cette vidéo, mes yeux étaient remplis de larmes. Je me suis vue, m’auto-critiquer, m’auto-descendre, m’auto-humilier. Le choc a été brutal! Ceci est une idée parmi d’autres que j’ai retenu et peut-être plus personnelle aussi. Puis elle a évoqué « les bagages de nos parents », oui ce qu’ils nous inculquent pendant notre enfance, leurs valeurs à eux, leurs idées et opinions, leurs attentes,… Une fois grand, adulte, l’importance de se défaire de ses bagages là est primordial mais tellement peu évident puisqu’ils sont ancrés en nous depuis notre plus tendre enfance. Elle a aussi cité les rôles que nous jouons : celui de l’épouse parfaite, de la mère parfaite, de la collègue parfaite, de la fille de parfaite,… Et nous dans tout ça? Notre principal rôle? Attention le sujet n’est pas de dénoncer quoique ce soit, ni de vous dire que je suis malheureuse. A travers toutes les idées et pensées qu’elle a apporté, ma vie de maman QUE J’AI CHOISI me conforte dans mes choix, je me sens en phase avec mes décisions que j’ai pris jusqu’à maintenant. Alors pourquoi ce questionnement me direz-vous? Simplement pour réapprendre à m’écouter et être capable de transmettre le message à mes enfants qu’ils ont leur propre chemin à faire, choisir leurs propres valeurs, prendre des décisions en fonction de leur propre besoin ou valeur,… Bref leur donner les outils pour qu’ils vivent leur propre vie.

Pour moi cette soirée a été l’occasion de découvrir avec plaisir que j’avais déjà bien commencer mon cheminement, de me conforter dans mes décisions et de regarder avec fierté que j’étais en bonne voie pour m’accomplir.

À vous les femmes, les mamans, les soeurs, les filles de, les collègues, les grands-mères …

Le premier goûter d’anniversaire pour mon petit prince

** 4 ans pour mon petit homme, 1er goûter d’anniversaire **

Fin décembre mon petit prince a soufflé ces 4 bougies! Déjà 🙂 Je ne vais pas m’attarder sur le récit de ma première rencontre avec mon petit mec, ses premières tétées, ses premiers câlins, ses premières dents, ses premiers pas … là n’est pas le sujet, même si je pourrai écrire des lignes et des lignes. Nostalgie quand tu nous tient 😉

Chez nous, quand on souffle sa 4ème bougie, on organise pour la première fois son goûter d’anniversaire avec des copains et copines. Mes 3 enfants sont nés en période de vacances scolaires et étant un brin superstitieuse, je planifie leur goûter d’anniversaire après les vacances. Donc celui de mon petit prince était prévu fin janvier. Comme d’habitude, avec mon mari nous nous mettons d’accord sur le nombre de petites têtes qui viendront à la maison pour s’amuser. Et comme d’habitude, il y a toujours moyen de rajouter 1 ou 2 prénoms supplémentaires 🙂 Bref au lieu d’être 5 (en comptant mon petit prince), 9 enfants courent partout dans l’appart 😉 Pour mon petit garçon qui est un grand fan de Pat Patrouille, je voulais lui faire plaisir et ai décoré l’appartement et la table avec tous les personnages principaux: Chase, Rube, Rider, Zuma, Rocky, Stella, Marcus. C’est fou tout ce que nous pouvons trouver sur ce thème. Contrairement aux anniversaires de ma fille où j’ai pour habitude de me lancer dans le cake design, pour mon petit garçon, j’ai fait tout simple pour les gâteaux. Il était super fier d’accueillir ses copains, de leur montrer la super déco 😉 et de les inviter à jouer dans sa chambre. Moi qui était habituée aux anniversaires de ma princesse, je m’attendais à ne plus avoir d’oreilles à la fin de la journée mais en fait je m’étais trompée. A notre grande surprise, tout s’est fait dans le calme et la bonne humeur. Les copains et copines étaient contents de se retrouver et de jouer tous ensemble. Ce qui est, top la meilleure amie (attention il ne faut pas dire amoureuse sinon il se met en colère 😉 ) a une grande sœur qui est la copine de ma princesse. Alors à chaque goûter d’anniversaire nous invitons les deux. Ma fille était heureuse d’avoir sa copine et de pouvoir s’amuser aussi. J’avais prévu des masques à l’éffigie des héros Pat Patrouille pour faire des séances shooting mais ça n’a pas eu grand succès. En fait, ils n’ont pas eu besoin que j’organise des jeux puisqu’ils ont joué entre eux. Comme chaque anniversaire, j’imagine, ils se sont régalés avec les bonbons et popcorn puis nous sommes passés au gâteau avec les bougies. Pour ce premier goûter, j’avais prévu sur 2h, je pensais que c’était suffisant. Je trouve que c’était bien car au bout de 2h, les petits mecs ont commencé à s’agiter. Il était temps pour eux (et nous aussi 😉 ) que leurs parents arrivent. C’était vraiment chouette de voir mon petit prince s’amuser ainsi.

Ce qui me laisse penser qu’il a vraiment apprécié son anniversaire c’est lorsqu’il me parle déjà de son prochain goûter d’anniversaire et qu’il me liste déjà tous les copains qu’il souhaiterait inviter 🙂

Des vacances bien méritées

** Soleil, plage, château de sable, … **

Bientôt une semaine que nous sommes rentrés de nos vacances ensoleillées.

C’est bon, j’arrive à trouver, enfin, quelques minutes pour vous écrire de nouveau après 2 mois d’absence. Deux mois intenses, très chargés mais je peux enfin souffler, prendre du temps pour vous conter nos aventures de famille nombreuse, de ma nouvelle vie de mère au foyer. Alors pour commencer, j’ai envie de vous raconter notre semaine de vacances à 5 au soleil.

Chaque année, nous planifions une semaine de vacances en avril ailleurs que chez nous. Vous me direz « pourquoi avril? » Eh bien parce qu’à cette période de l’année les premiers rayons de soleil sont doux, que les plages ne sont pas surpeuplées et parce que c’est notre anniversaire de mariage et que nous aimons le partager avec nos trois amours. Alors nous partons en vacances toujours en avril quitte à passer des vacances chez nous l’été. Cette année, nous sommes partis au Grau du roi. Pour être franche cette petite ville balnéaire n’a rien d’exceptionnelle, alors pourquoi? … Je souhaitais partir avec mon homme et mes amours au bord de la mer, avec un soleil et une température chaude (mais supportable) alors quoi de mieux que l’Occitanie?! Nan? et puis aussi parce que mes deux meilleures amies sont installées là-bas donc nous étions certains de passer des moments agréables! Nous connaissions déjà Palavas les Flots mais cette fois nous avons profité d’une location saisonnière proposée par un collègue de mon homme. Et voilà tous les ingrédients nécessaires pour des vacances étaient réunis : soleil, plage, chaleur, amis et un appartement les pieds dans l’eau!!! Nous voilà donc en route pour un dépaysement total. Les enfants étaient impatients d’arriver et de revoir leurs tatas (Ah oui parce que mes meilleures amies sont comme des tatas pour mes loulous 🙂 ). La voiture est chargée et mon mari comme d’habitude est très étonné de ma capacité à remplir (trop remplir) le coffre de notre monospace 🙂 « euh, chérie, tu sais que nous partons seulement une semaine? » Je suis sûre que cette phrase résonne chez vous aussi 😉 Bref, un coffre plein (promis, la prochaine fois je vous mets une photo), les tongs au pied, nos corps hydratés à la crème solaire, casquettes sur nos têtes, volets fermés, c’est bon nous sommes prêts. Plus que 4h30 de route et nous y serons, sur la plage, les doigts de pied en éventail, la glacière pour le pique-nique (et le rosé 🙂 ). Enfin 4h30, c’est vite dit pour des enfants qui au bout de 35 minutes te demandent « on est bientôt arrivé??? » « J’ai faim, j’ai soif, j’ai des fourmis dans les jambes, … » ARRRGGGHHHH

12H45 : serviettes dépliées, chips, saucissons, sandwichs, boisson, câlins de retrouvailles, cris et rires d’enfant, pelle et râteau dans le sable. C’est bon nous y sommes !!!! Nos vacances peuvent commencer! Quel plaisir de sentir ces premiers rayons de soleil, le sable sous les pieds, les vagues, entendre les mouettes et surtout lire le bonheur sur les visages de nos enfants. Quelles émotions de retrouver ses meilleurs amies après tout ce temps sans elles. Bref, nous sommes heureux d’être arrivés et de bien commencer nos vacances.

Pour cette semaine, nous avons décidé de profiter simplement de ce que nous offrait la région. C’est à dire : plage tous les jours, repas simples, sorties entre amis et famille. Et très franchement il n’y a rien de meilleur! Pour nos loulous, la page, la mer, les châteaux de sable, c’étaient tout ce qu’ils voulaient et rien d’autres. Notre petite dernière a découvert le sable pour la première fois, a baigné ses pieds pour la première fois. Ma grande a été pincée pour la première fois (et elle l’espère la dernière) par un crabe qu’elle a croisé sur son chemin ;), mon petit prince lui a ramassé des coquillages et péché des crustacés avec mon cousin et ma cousine. En bref, des premières fois pour mes 3 amours. Nous avons aussi pris le temps de découvrir le Seaquarium du Grau du roi. Si vous êtes proche, je vous le recommande très fortement il est top. Mes loulous ont adoré et je peux même vous dire que mon chéri et moi-même sommes retombés en enfance tellement nous étions émerveillés et autant surexcités que nos loulous. Nous avons visité Aigues-Mortes et goûté sa fougasse à la fleur d’oranger (un régal). Nous avons essayé trois plages différentes la plus basique près du Seaquarium, la protégée l’Espiguette et la Grande Motte. A l’unanimité, celle de la Grande Motte a été notre préférée! D’ailleurs, nous avons décidé d’y retourner la veille de notre retour pour en profiter au maximum.  Cette pause a été l’opportunité pour moi de faire une soirée filles sur Montpellier avec mes deux meilleures amies, de tester les tapas et déguster des vins de la région. Quel plaisir également, de voir mon chéri reposé, détendu et joueur avec ses trois loulous. D’ailleurs, j’ai découvert ses talents dans la construction de châteaux de sable pour le plus grand bonheur de nos amours. Ah et j’allais oublier, la mascotte de la-bas : Les flamants roses!! Quelle surprise de les observer quotidiennement dans des postures aussi différentes que loufoques!! (tête dans l’eau, perchés sur une seule patte, …)

Ces vacances sont vraiment arrivées au bon moment. Nous en avions tous besoin. Nous avons rechargé nos batteries de soleil, de sourires, d’affection, d’amitié, de jeux, de moments riches en famille avec mes cousins et avec nos amis. Même si la séparation est toujours difficile, nous savons que nous y retournerons très vite. Le rythme scolaire a repris mais nos loulous (et nous aussi 😉 ) ont de beaux souvenirs et rêvent déjà des prochaines vacances 😉