Rencontre avec Isabelle Filliozat

** Rencontre avec une personne qui m’inspire**

le 2 mai, j’ai eu l’opportunité d’assister à une conférence donnée par Isabelle Filliozat. Par chance, elle était dans notre région pour quelques jours et ma maman était présente et s’est proposée de s’occuper de nos loulous pendant que Super-Papa et moi puissions assister à cette conférence.

Tout d’abord, peut-être que vous ne connaissez pas Isabelle Filliozat. Voici un lien qui vous permettra de découvrir qui elle est et ses activités: http://www.filliozat.net/biographie/ . Mais pour résumer, c’est une psychothérapeute et écrivaine. J’ai lu quelques uns de ces livres ( Au cœur des émotions de l’enfant, J’ai tout essayé, Il me cherche, … ) qui m’accompagnent quotidiennement dans l’éducation et l’épanouissement de mes enfants.

Le thème de sa conférence était « Être parent, un jeu d’enfant? » Je trouvais que l’intitulé de cette conférence était très prometteur et je ne me trompais pas! Mon mari était un peu hésitant et se demandait à quoi s’attendre. Lorsqu’il a vu toute cette foule dans la salle aussi bien des femmes que des hommes, des professionnels de la petite enfance, des parents, des jeunes et des moins jeunes et l’atmosphère qui y régnait, il fut très agréablement surpris et se détendit en un instant. Puis Isabelle Filliozat arriva sur la scène. Un sacré bout de femme mais qui ne vous intimide pas du tout. Et la première chose qu’elle fait et qu’elle dit est « applaudissez-vous! ». Surprenant, nan? Elle explique qu’il y a quelques années en arrière très peu de personnes osaient se déplacer pour ce genre de conférence mais qu’aujourd’hui nous sommes très nombreux et enthousiastes à l’idée de découvrir ce qu’elle a à nous dire. J’étais loin d’imaginer dans quel état d’esprit je sortirai de cette conférence ni même de ce que je ressentirai en la voyant. Et pourtant comme si c’était une star internationale de la chanson dès qu’elle ouvrit la bouche, des frissons montèrent sur mes bras et mes yeux s’embuaient de larmes de joie. Je la voyais enfin cette grande personne, finis de lire seulement ses conseils, j’allais l’entendre, la voir! Quelle surprise lorsqu’elle nous confiait qu’elle aussi parfois ses enfants l’énervaient tellement qu’elle sentait la colère monter en elle et qu’elle avait des drôles de pensées (comme nous tous!). Finalement, nous sommes tous dans le même bateau en tant que parents parfois c’est amusant, parfois c’est frustrant, parfois c’est émouvant, parfois c’est énervant, … En bref, même elle, elle a eu des moments difficiles et que devenir parents ça s’apprend tous les jours et elle a partagé avec passion et beaucoup d’humour son savoir grâce à son expérience et ses connaissances.

Afin de nous faire tous participer, elle a proposé que ce soit nous, parents, qui rythmions cette conférence. Et pour ça, elle divisa la salle en plusieurs groupes. Nous devions entre nous, nous poser les questions qui nous chiffonent en tant que parents et puis sélectionner une seule question que nous écrirons sur un bout de papier qui serait tiré au sort dans un chapeau par elle-même. Quelle merveilleuse idée de pouvoir partager nos questions et par conséquent se sentir tous investit dans ce voyage de 2h à destination du « devenir parent et mieux comprendre nos comportements et ceux de nos enfants pour les aider »! Incroyable de voir à quel point nos questions se ressemblaient et surtout de comprendre que nous attendions tous avec impatience des outils pour nous améliorer. Au final, nous avons appris beaucoup sur nous mêmes, sur nos enfants, sur Isabelle Filliozat. Ce fut magique de découvrir à quel point tous les spectateurs aussi bien les parents (ou futur-parents) que les professionnels de la petite enfance étaient motivés et déterminés à atteindre un même objectif.

Cette conférence me conforta dans mes choix, mes idées, mes principes, mes aspirations et surtout elle me permit de partager toutes ces idées avec mon mari qui aujourd’hui comprend mieux mon cheminement et adhère à certaines idées. Comme quoi un simple moment de partage peu révéler et laisser entrevoir de belles choses pour l’avenir lorsque nous osons. Merci Isabelle Filliozat de toujours prendre le temps de souffler votre passion, votre savoir et vos clefs … En route pour le voyage à destination de l’épanouissement des parents et des enfants 🙂

Ce bébé farceur

** Quel petit farceur 🙂 **

Je suis dans la dernière ligne droite avant l’arrivée de notre petitou n°3 et je ne risque pas de m’ennuyer. Je reçois beaucoup d’appels et l’une des questions redondantes est : « Tu ne trouves pas le temps trop long? » Comment dire… Je suis maman de deux jeunes enfants scolarisés donc mes journées sont rythmées par les allers-retours maison-école-maison. Du coup le matin le temps passe vite. Puis mon homme me rejoint à la maison dès le déjeuner et nous avons encore quelques petites choses à faire pour un accueil optimal pour notre petitou. A la fin de la journée, il y a les rituels bain, repas, histoire, dodo… Entre temps je me repose car si je me souviens bien les premiers mois sont fatiguant après l’arrivée d’un bébé.

Mais pourquoi ce titre? J’en viens… Je prends aussi le temps de me reposer parce que mon petitou est très très actif et farceur! Au 7ème mois, mon obstétricien m’annonce que mon bébé est en siège (pff encore!) par conséquent il prévoit une césarienne vers le 10 juillet (alors que le terme est le 23 juillet). Bien évidemment, papa et moi nous nous affolons et avançons tous les derniers préparatifs. Nous nous organisons avec ma maman pour qu’elle vienne nous aider avec nos deux petits amours. Bref à la dernière échographie, nous sommes décontractés car tout est organisé! Oui enfin c’était sans compter sur notre petit trésor qui lui bien au chaud en avait décidé autrement. Oui oui, il s’est retourné et est tête en bas. On nous annonce que peut-être, si le travail se déclenche tout seul, je pourrai essayer une voie basse avec une grande surveillance (puisque j’ai déjà deux césariennes). Alors là, pour moi c’est une bonne nouvelle car c’est ma dernière grossesse et si je peux essayer un accouchement naturel je serais très heureuse. L’obstétricien m’informe donc que nous verrons au dernier rendez-vous début juillet et si entre temps le travail commence on se retrouvera à la maternité. Papa et moi sommes très heureux et imaginons ce troisième accouchement différemment et sereinement. Nous décidons de ne rien changer au planning de garde et des vacances. Sauf que … Comme je disais, bébé est un farceur. Il y a une semaine, pendant la nuit, des contractions apparaissent mais pas des petites espacées. Toutes les 20 minutes la première heure, puis toutes les 10 minutes puis toutes les 5 minutes et enfin toutes les 3 minutes!!! Je commence à m’inquiéter et m’installe sur le canapé pour changer de position. Les contractions ne se calment pas au contraire. Mon homme se lève à 3h45 pour le boulot et s’inquiète de me voir dans le salon et je finis par lui dire « euh chéri je crois que nous allons devoir aller à la maternité ». Autant dire que le réveil fut flippant pour lui. Ma valise n’est pas faite et nous ne sommes pas prêts psychologiquement. Il faut appeler un ami en pleine nuit pour qu’il reste avec nos petits au moins jusqu’à l’heure de l’école. Un appel rapide aux sages femmes de la maternité pour reconfirmer qu’il est préférable que je vienne par sécurité. 4h, nous prenons la route, mon homme est silencieux et moi je souffle entre deux contractions. Il est 4h30, je suis prise en charge par les sages femmes qui s’inquiètent car je ne suis qu’à 34 semaines et il n’y a pas de pédiatre de garde. Au bout de 30 minutes, la sage femme arrive avec un petit chariot pour me mettre une perfusion et m’annoncer que je vais être transférée en ambulance à l’hôpital d’Annecy car le corps médical possède tout le matériel si j’accouche. Imaginez un peu nos têtes, nous sommes épuisés, inquiets, stressés et nous pensons à nos deux petits restés à la maison qui se réveilleront bientôt sans nous. En bref, la panique prend le dessus « Nous ne sommes pas prêts!! ». L’obstétricien de garde nous rend visite pour réexpliquer les raisons. 5h30, je conseille à mon mari de rentrer à la maison pour s’occuper des enfants pendant que je serais en chemin dans l’ambulance. Il n’est pas du tout rassuré de me laisser seule mais je lui confirme que je suis entre de bonnes mains et je comprend que c’est à moi de faire la forte pour nous deux. Il est parti, je sèche mes larmichettes d’angoisse et attend que les ambulanciers arrivent. Heureusement, ils ont du sentir mon état de stress et blaguent beaucoup pendant tout le chemin. Immédiatement prise en charge à mon arrivée à Annecy, la sage femme m’explique que les contractions sont en effet régulières et intenses mais qu’elle ne modifie pas mon col et ne poussent pas bébé vers le bas. OUF OUF OUF OUF!! Grand soulagement. Je reste en observation dans un une chambre individuelle en attendant que mon mari revienne à mes côtés après avoir déposé les enfants à l’école. Il arrive enfin après s’être égaré plusieurs fois dans les couloirs de ce grand hôpital et laissant la personne de l’accueil interloquée par ses nombreux passages devant elle. Ses traits sont tendus, il est épuisé et tourne en rond. Je le rassure sur mon état et celui de notre petit farceur. 9h45 on m’apporte enfin un petit déjeuner. 13h30, nous partons main dans la main, tous les deux, pour rentrer chez nous et récupérer de cette nuit et matinée éprouvante avant de récupérer nos petits amours.

Au retour de l’école, mes amours me sautent dessus et me disent: « Il n’est pas là notre petit frère? » « Elle n’est pas née ma petite sœur? ». Leur innocence et leur impatience me remontent le moral, je suis enfin de retour auprès de mes 3 amours.

Pour être certaine, que tout se passe bien pour ces dernières semaines de grossesse, nous rendons visite à mon obstétricien. Il nous confirme que l’accouchement n’est pas imminent (malgré des contractions toujours régulières) et que nous pouvons nous décontracter et encore profiter de notre vie à 4.