Les montagnes russes hormonales!

** Mes hormones font le yoyo **

Une des choses que nous savons en tant que femme « enceinte » c’est que nos hormones sont parfois et même presque tout le temps incontrôlables. Mais qu’est-ce que ça sous-entend? J’y viens. Lorsque nous avons nos Ringningnins, souvent, nous déclarons que nous sommes plus émotives, plus colériques et d’autres, les chanceuses, rien de différent. Eh bien lorsque nous sommes enceintes c’est à peu près pareil. Je vous dis « à peu près » car c’est puissance 1000. Oui, oui je vous assure. Et non, non, je ne crois pas exagérer, enfin de mon côté c’est comme ça que je le ressens. Je vous l’accorde vous pouvez plaindre mon chéri qui doit composer avec ces changements d’humeurs et mes enfants qui parfois me regardent avec un sourcil haussé du genre :« qu’est-ce qui lui arrive à Maman? ».Ok, ok vous avez bien compris que de mon côté ma grossesse de ce 3ème petitou serait comparable à des montagnes russes (des émotions). Pour mieux comprendre, je vais vous citer quelques exemples, attention soyez bien assis, cramponnez vous et surtout respirez entre chaque fou-rire 😉 :

  • Un matin, je dépose ma fille à l’école et là, malheur elle fond en larmes et me sert fort dans ses bras. Zut et zut, me voilà à fondre en larmes également. Imaginez le regard ahuri de la maîtresse devant ce déluge de larmes. J’essaie de la rassurer, tant bien que mal « Ne vous inquiétez, ma fille va bien quant à moi ce sont les hormones ». Heureusement c’est une maman, et elle a bien compris la situation. Du coup, elle a vite embarqué ma fille dans la classe et moi, bah je suis restée comme une gourdasse à essuyer mes larmes. Nan, mais oh ça tourne pas rond chez moi.
  • Un soir, mon mari, après une crise de l’un de nos monstrinous, s’impatiente et s’énerve et par conséquent perd son self-control. Du coup, les monstrinous se retrouvent punis dans leurs chambres. Je sais pertinemment qu’il déteste en venir à ce genre de sanction et au lieu de le conforter dans son acte je décide de le contrer : « Je ne suis pas du tout, mais du tout, d’accord avec ce genre de sanctions! AH, nan, vraiment, ça me met hors de moi (je crois qu’il l’avait bien vu et compris) ». J’en rajoute une couche, bah oui ce n’est pas comme-ci ça suffisait : « tu sais, il y a des couples qui divorcent à cause des désaccords d’éducation » Non mais, oh, tu es folle, retires ce que tu dis. Punaise il va me bouder et moi je n’ai pas réfléchis en parlant…
  • Un autre matin, je dépose mes petitous à l’école, la veille c’était le jour de la visite de l’infirmière à l’école pour ma fille. Mon chéri m’avait dit que tout était ok. Super!!Et pour tant,ce matin-là, la maîtresse de ma choupette me dit que ce serait bien qu’on prenne rdv pour discuter des observations de l’infirmière. Euh, je croyais que tout allait bien? Elle m’explique que c’est juste pour partager avec nous et pas devant les autres parents. J’acquiesce et quitte vite l’école avant de me cacher dans ma capuche pour vider toutes les larmes de mon corps. Oh, ce n’est pas possible de tout prendre à cœur comme ça. Je vais pas tenir les 4 mois restants à cette allure.
  • Un week-end festif dans un parc féérique: mon chéri, mes petitous et moi-même sommes debout au premier rang pour voir la parade de Disneyland et là une autre personne commence à me bousculer pour se retrouver coller-serrer contre mes petitous. Eh oh, tu m’as bien regardé, je me transforme en maman-louve-enceinte et montre mes crocs. Ni une ni deux, je m’énerve en lui disant de faire attention et qu’elle trouve sa place ailleurs et surtout loin, vraiment très loin! Mon mari, choqué et surpris, ne branche pas (de toute manière valait mieux pour lui…). Heureusement que mes enfants ne m’ont pas entendu
  • Une soirée télévisée : Un film = des émotions. En temps normal, je suis émotive et je peux pleurer pour des scènes tristes. Mais quand il n’y a pas de scènes tristes et que tu pleures quand même. Il se passe quelque chose, nan?
  • Une autre soirée télévisée : Un film drôle = fou rire assuré, mais quand ton fou rire se transforme en crise de larmes (pas de joie, nan nan). Tu pleures, tu pleures sans comprendre pour quelle raison et sans réussir à t’arrêter. Une vrai folle!
  • En pleine discussion sur ton lieu de travail et que, comme dans une bulle de bande-dessinée, au-dessus de ta tête tu aperçois ton cerveau courir après tes pensées…Eh oui, tu as l’impression que tout tes neurones intelligents t’abandonnent pour être distribuer à ton bébé. Je sais que parfois j’ai des réflexions de blonde, mais là c’est le pompom. Plus ridicule, tu meurs.

Heureusement, avec du recul, je ris de ces moments larmoyants et amusants et puis ça fait parti du forfait « Femme-Enceinte » 🙂 Auprès de mes petitous et mon chéri, je prends le temps de leur expliquer que maman n’est pas folle mais seulement un peu émotive et surtout que c’est temporaire (enfin j’espère hihi)

Le plus beau des cadeaux

** Un cadeau plus que désiré, un cadeau à chérir **

C’est bon je peux le clamer haut et fort, laisser ma joie exploser, libérer mes larmes de bonheur ; notre vœu le plus cher est exaucé : la famille s’agrandit!! « Et c’est avec émotion et les yeux embués de larmes que je vous écrit cet article.

Je l’avais déjà révélé il y a quelques temps, j’ai toujours souhaité avoir trois enfants. Mon rêve prend forme dans mon petit ventre arrondit. Ce petit trésor est bien au chaud et est prévu pour fin juillet.

Dans quelques temps, nous allons passé à 5 à temps plein puis à 6 (avec le fiston de mon choubidou) pendant les vacances!!

Alors peut-être que mes chroniques vont effectivement tourner autour de la grossesse, les bons plans, les biens et moins-biens, les préparatifs, …Mais ne vous inquiétez pas ça ne dura que quelques mois 😉  Je suis tellement ravie de partager cette merveilleuse nouvelle avec vous mes lecteurs et lectrices.

Vous allez certainement me demander : « Comment les deux grands ont-ils vécu la nouvelle? » Voyez-vous, à notre grande-très grande surprise, notre fille a immédiatement compris qu’il se passait quelque chose. D’Autant plus, qu’au bout de 2 mois, mon ventre s’arrondissait déjà et étant petite et fine (selon mes proches), ce petit ventre commençait à se voir et à se deviner. Alors, ma poupette m’a regardé droit dans les yeux et a clamé : « Maman, ton ventre, il est gros. Tu vas m’offrir une petite sœur?!!!! » Imaginez la tête de mon mari et la mienne. Nous avions pensé qu’il était préférable d’attendre la 1ère échographie pour leur annoncer mais apparemment cela n’allait pas se dérouler ainsi 🙂 Le lendemain puis le surlendemain, elle ne s’est pas dégonflée et a répété la même phrase mot pour mot. Là, il était temps de lui dire et de ne surtout pas lui mentir ou trouver des excuses. Alors nous avons déclaré la réunion familiale-canapé ouverte 🙂 Nous voilà assis sur notre canapé auprès de nos petits amours et nous testons l’atmosphère avec des questions « Est-ce que maman a changé ces derniers jours? ma puce j’ai entendu que tu as vu que maman avait un peu grossit est-ce que tu sais pourquoi? » Bizarrement, ils n’avaient plus de réponses. Petit à petit, nous nous sommes détendus et avons annoncé l’arrivée d’un petit frère ou une petite sœur et avons expliqué que le bébé grandirait pendant quelques temps dans mon ventre. Ces petits amours ont exprimé leurs doutes puis leurs joies respectives et nous avons répondu à leur question. Depuis ce jour, lorsque je rentre du travail, dès que je passe la porte d’entrée leur bonjour s’adresse d’abord au bébé puis après à leur maman 🙂 Ils sont très attentionnés envers moi. Ma princesse voudrait que je n’aille plus travailler, bah oui maman-enceinte= maman repos et elle rouspète son papa quand il s’impatiente devant mes demande : eh oh, maman-enceinte= elle a droit à tout! J’avoue que j’apprécie bien ces côtés-là. Ma puce est devenue mon garde du corps et a demandé à s’investir dans l’arrivée de sa petite sœur (ah oui, parce que d’un comme un accord, ils ont décidé que ce serait une fille 🙂 🙂 ). Nous lui avons donc proposé de choisir le doudou et de nous aider à installer l’espace nuit de ce futur petit-être.Quand au petit dernier (pour le moment), lui c’est plutôt par la tendresse et l’affection qu’il exprime sa joie. J’ai le droit à des bisous et des caresses sur le ventre quotidiennement et même des mots doux à l’attention du bébé. Franchement que demander de plus?? Et j’entends déjà votre deuxième question « Alors fille ou garçon? »Devinez!! Nous ne voulons pas savoir, après tout nous avons déjà une fille et un garçon alors peu importe. De plus, je trouve ce côté mystère plutôt excitant. Je ne vous cacherai pas que parfois il nous arrive d’essayer de deviner. Nos enfants se sont pris au jeu, et rythment nos dîners avec des listes de prénoms interminables  🙂

En bref, nous sommes tous les 4 sur notre petit nuage, tout doux, tout beau, à rêver de l’avenir avec ce futur mininous n°3 et à profiter de ces moments de bonheur et partage.