Un sujet délicat à aborder avec ma princesse

**Comment expliquer la mort aux enfants?**

Vous allez me dire : « Bah dis donc pas très drôle comme sujet »

En effet, mais comme j’ai été confrontée à la question quelques jours en arrière, j’avais envie de partager avec vous. D’autant plus que ma princesse a su en faire un sujet rigolo 🙂

Il y a quelques temps, j’ai été amenée à expliquer à ma pitchounette que mon père ne faisait plus parti de ce monde.

Bizarrement, elle est revenue sur ce sujet plusieurs jours après sur le chemin de l’école car elle avait des questions à me poser :

  • Il est parti ou ?
  • Et pourquoi ?
  • Il revient quand ?
  • Je vais aller chez lui ?
  • C’est qui alors PapiJ. ?
  • Mais elle est comment sa maison ?
  • Je pourrais le voir ?
  • C’est loin ?
  • Il est guérit ?

Le moulin à parole ne cessa pas de poser des questions. Et oui ma fille est une grande piplette (pour ma plus grande joie).

Bah, ces questions il faut bien y répondre ; non ? Si, si, je vous assure je vais y répondre avec amour et délicatesses pour une petite fille de 4 ½ ans. Après tout, elle a le droit d’avoir des réponses.

« Un enfant est un adulte en devenir »

Alors c’est parti, Maman douceur conte :

Ma puce, mon Papa est parti dans le ciel pour toujours. Il a sa maison. Et oui, comme tu me dis si bien, sa maison, son lit et sa cuisine sont en nuage. C’est très doux et confortable. Il est guérit et tu as raison c’est grâce aux nuages  qu’il mange. Alors, on ne peut pas aller le voir (même avec l’avion) mais c’est avec grand plaisir que je prendrai le temps de te montrer des photos. Oui, un jour tu le rencontreras. PapiJ. est mon 2ème papa. Non ma chérie, je ne suis pas triste car je sais qu’il est heureux et que grâce à lui je vous confie tout mon amour.

Je vous avoue que ce n’est pas sans émotions que j’ai répondu à ses questions surtout quand il est 7h30 et que la journée commence à peine. Heureusement que ma choupette a su aborder ce thème avec son imagination, sa créativité ET sa joie de vivre !

En effet, c’est un sujet délicat mais il est important de répondre aux questions des enfants. Tôt ou tard, ils les poseront alors il est bon d’y répondre avec autant de légèreté que leur question !

Un grand merci à ma beauté, ma fille qui a été ma muse pour ce sujet et qui a su me transmettre son âme d’enfant pendant cette conversation.

<écrit le 28 avril 2016>

Les conseils des autres

** Les conseils des autres**

Vous avez tous un ou deux ou plus d’ami(e)s, de voisin(e)s, de proche(s), de connaissances qui sont toujours prêts ; autrement dit au taquet ; pour vous sortir leur éventail de conseils.

Alors il y a des jours où tu te sens prêt(e) à écouter et entendre toutes ces clefs, ces idées. Tu es réceptif. Puis il y a d’autres jours où tu n’es pas d’humeur, trop sensible et là il suffit qu’une seule personne se laisse aller à te dicter ses conseils et ses propres expériences pour que tu pètes un câble à ta manière :

  • Tu te mets à pleurer
  • Tu culpabilises et penses être un mauvais père ou une mauvaise mère
  • Tu pètes totalement un plomb et soit tu insultes la personne en face de toi qui se permet de te donner des conseils ou soit tu perds vraiment ton self-control et tu lui envois le pain au chocolat (goûter de 16h de ton enfant) à la figure.

Et toi tu réagirais comment ?

L’être humain est comme ça ! Au lieu d’être simplement présent, à l’écoute de l’autre personne qui parle ; il s’identifie immédiatement et systématiquement. Et pourtant quand une amie se confie à une autre amie-maman, elle n’attend pas forcément une idée ou un conseil mais parfois juste une écoute attentive et affective. Bien sûr qu’il y a des moments où on attend des conseils mais en général dans ce cas notre récit se termine par :

  • Alors qu’est ce que tu en penses ?
  • Tu crois que je devrais faire autrement ?
  • Tu ferais quoi ? tu réagirais comment ?
  • Et toi ?

Attention, je ne montre personne du doigt, car je suis la 1ère à le faire 🙂

Alors de mon côté, je vais essayer de discerner le moment d’écoute à celui de guide.

Un exemple vécu : quand tu es enceinte, tout le monde se permet de dire ou prédire les choses pour toi comme le sexe, le prénom, le terme, … Il y en a même qui se permette, et des inconnus, de te toucher le ventre. Dans ce moment-là, garder son self-control et ne pas crier :

« Eh , vous êtes qui pour oser me toucher ? Est-ce que je vous touche le ventre moi ? »

Zen, on respire et on fait comprendre notre malaise gentiment 🙂

Une petite phrase que je me répète dans la tête quand toutes ces personnes s’auto-déclarent guides ou conseillers de ma propre vie : « Laisses-les parler, leur sourire mais fermer mes oreilles ; mon bonheur cest moi qui le construit. Jécouterai auprès des bonnes personnes quand jen ressentirai le besoin. »

<écrit le 4 avril 2016>

Les moyens de transport pour les vacances

** Les moyens de transport pour les vacances**

Parlons encore quelques lignes des vacances. Quand nous décidons de partir en vacances, en plus de penser aux choix du lieu qui devra répondre aux attentes des parents et surtout des enfants toujours très excités et enjoués à l’idée de ces vacances ; il faut aussi penser au moyen de locomotion. Suivant la destination le choix peut être multiple :

  • La voiture

La voiture a un côté pratique et confortable.

Les parents peuvent charger au maximum le coffre et même ajouter un coffre sur le toit pour les choses « au cas où » (oui oui maman et les bambins en ont plein 🙂 ) ils ne sont pas en manque d’idée de ce côté-là.

Les enfants peuvent s’installer confortablement avec leur : coussin, doudou, couverture, console, jouets… et même la TV sur les appuis-têtes est la bienvenue. Et le plus pour eux, ils peuvent crier, chanter,… sans embêter des passagers inconnus.

Oui, la voiture c’est sympa. On peut voir du paysage. Oui, enfin c’est sympa pour 2h grand maximum !! Parce que quand tu as 8 ou 9h de trajet avec tes enfants surexcités à l’idée de voir Mamie ou la mer ou Mickey… tu risques de devenir une hystérique au bout de 20 minutes ! Pourquoi 20 minutes? car quand ils sont rendus à te poser la même question pour la 52ème fois «quand est ce qu’on arrive ? », je peux te dire que tu es en train de compter le nombre de cheveux qui sont dans ta paume de main 🙂 et tu en déduis ce qui te resteras sur la tête à cette vitesse-là. Et si on essayait de les occuper et par la même occasion de se détendre. Vous avez certainement essayé ces jeux tels que : compter les voitures rouges, nan ? Trouver un mot qui commence par la même lettre ? Chanter ?…

Oui c’est rigolo, un temps, 20 minutes ! (bah oui les enfants se lassent vite 🙂) Combien d’heure de route tu disais chéri ?

Heureusement, l’Homme a inventé les aires de repos ; pas top pour Mr Budget :). Il y a tout ce qu’il faut. Même des douches pour ceux qui ont des bambins-vomito-mal de transport 😉

Lorsque tu pars en voiture, l’avantage c’est que tu choisis l’heure à laquelle tu pars :

  • La nuit c’est top, les enfants peuvent dormir. Oui MAIS ce que tu oublies c’est que tu arrives le matin à ta destination donc c’est le début de journée (surexcitante :)) pour les monstrinous ! ils seront au taquet tandis que toi tu seras CERNE(E), EPUISE(E), TENDU(E) par la route…Je te laisse deviner la suite
  • Le matin, très tôt, tu penses que les petits monstres (oui, à ce stade ce sont des monsrinous) vont dormir. Pff tu te trompes TOTAL ! Ils sont en pleine forme, et c’est parti pour X heures de cris, pleures, jeux, fous rires, …

Alors tu es toujours OK pour dire que la voiture c’est le top du top ? Et si on essayait un autre transport en commun ???

  • L’avion

L’idéal de l’avion c’est qu’il n’y a pas la fatigue de la route. On est dispo pour les monstrinous. Mais qu’est-ce qu’on entend par être dispo 🙂 ?

De mon côté, je prends souvent l’avion et je peux vous affirmer qu’1h40 c’est le maximum pour moi ET pour les autres passagers. Et pourtant je n’ai que 2 enfants. Et je fais en sorte de voyager avec mon mari ou un proche pour m’aider. Oui, oui pour M’AIDER à ne pas partir en courant. Vous me direz : « pour aller où ? Un avion en vol, il n’y a pas d’issue» si, si les toilettes !! Trêve de plaisanterie. Je m’explique : au début, en général, les enfants sont surexcités d’être dans un avion. Ils vont voir les nuages, survoler le paysage, reconnaître leur maison… puis pendant que le chef de cabine te demande d’être attentif aux explications des Stewards tes enfants, eux, auront fait le tour, au moins 2 fois, de tous les accessoires à leur disposition :

  • Tablette pliée-dépliée-pliée-dépliée… BLOQUEE = OUINNNNN !!
  • Protège appui-tête du siège passager avant : scratché-déscratché-scratché-déscratché…, avec des cheveux du passager restés accrochés :(= Mr ou Mme très très en colère !!! et ton enfant se marre en n’en plus s’arrêter (bientôt c’es toi qui t’arracheras les cheveux)
  • Sac à vomis : gonflé-dégonflé-gonflé-dégonflé… et hop le sac se retrouve comme par magie sur le passager de la 2ème ligne devant toi : Sauve qui peut !!!
  • Feuille explicative des issues de secours = c’est tellement pratique comme paillasson 🙂

Enfin le décollage arrive. Et là, accrochez-vous bien. C’est le cas de le dire ! Le chef de cabine explique que toute le monde (sans exception) doit être attaché et les volets à hublots remontés. Tu sais pas pourquoi mais c’est à ce moment là que tous les enfants deviennent hystériques : NON pour la ceinture quitte à t’envoyer un coup de ceinture dans la hanche. Alors tu te dis que s’il/elle reste assis(e) l’hôtesse n’y verra que du feu 🙂 Que dalle ! Soit elle l’a vu, soit ton monstrinou saute debout sur son fauteuil et tu te fais réprimander !!!! Au bout de 5 longues, très longues minutes tu parviens à discipliner ton enfant. OUF OUF, nous voilà tranquille 🙂 Attendez, ce n’est que le début car vient l’épisode du volet à hublot 🙂 C’est tellement rigolo de le fermer puis vite le remonter (genre comme si de rien) quand l’hôtesse FURAXE accourt ! … Elle est partie ? Allez rebelote !!

Voilà nous sommes au début du vol et tu as épuisé toutes les ressources nécessaires en 10 minutes. Ta mallette de secours c’est-à-dire de jouets a déjà volé sous les sièges. Le voyage promet d’être …

D.I.V.E.R.T.I.S.S.A.N.T.

Te voilà embarqué(e) dans un voyage aérien bercé par les « non », « arrêtes », « regardes les gros yeux  pas contents de Mr ou/et Mme »… (Ce qui te rassures c’est que 5 rangs devant et derrière, tu entends les mêmes mots. Et oui la plupart des parents vivent le même ENFER 🙂)

Parfois tu aimerais en rire comme par exemple lorsque l’un de tes petits caresse la tête sans cheveux du Mr de devant en disant « touches Maman, c’est tout doux, il s’est rasé comme Papa ce meussieur » 🙂 ou que l’autre enfant se met à charmer tous les passagers à t’en rendre mal à l’aise ou encore quand l’un glisse la tête dans le micro-espace entre les deux sièges de devant pour énerver un des enfants (lui !) qui est sagement  assis devant. 🙂

Il y a aussi les phrases des enfants à haute voix telle que « Maman, j’ai pété dans le ciel !!! Et toi ? »Pff  🙂

Et parfois, il y a les crises de pleures qui sont inconsolables mais vraiment inconsolables pour le malheur des parents et l’énervement des passagers.

Ne pas oublier les retards qui  t’obligent à rester bien au chaud dans l’avion qui lui même est bloqué sur le tarmac. La durée du voyage est alors prolongé °-°

Et puis, il y a les fois où tu voyages seul(e) (pour une fois) et que ton voisin est accompagné par son petit-être, tout mignon, tout chou. Tu sympathises avec ce voyageur et son marmot en racontant que tu as, toi aussi, des enfants. Malheur qu’est ce que tu n’as pas été dire !! Ce voyageur en profite pour te confier son être le plus cher pour pouvoir se reposer. Toi qui pensais que tu allais récupérer tes deux nuits endiablées entre copines, c’est R.A.T.é. !! La prochaine fois, me souvenir de dire que je suis allergique aux enfants 🙂 !

Alors à votre humble avis : voiture ou avion ? Avion ou voiture ?

Non, non, ne pas se décider maintenant. Il y a encore le train, l’auto-stop, le car, le bateau, la navette spatiale (ah non pas encore)

De mon côté, je n’ai pas de réponses car chacun a ses avantages et ses inconvénients et surtout ses anecdotes qui font rire plus tard !! 🙂 🙂

Un concept inspirant !

** Un concept inspirant ! **

Je m’autorise à faire une publicité sur un concept inspirant réalisé par un architecte japonais :

Il est vrai que quand on est « parent », imaginer nos enfants assis toute la journée à écouter leur maître ou maîtresse d’école ou pour les plus petits, enfermés entre quatre murs à faire des activités, est un peu difficile. Même en tant qu’adultes, nous avons besoin de respirer, de sortir, de se dégourdir et de s’aérer.

Ce concept permet aux enfants et employés de se reconnecter à la nature, de laisser libre cours à leur imagination, leur créativité. Et comme l’explique très bien Mr. Takaharu Tezuka, cela permet aux enfants, dans le cas où ils n’arriveraient pas à rester assis, d’avoir la possibilité de prendre l’air, de s’évader. Et pour rassurer les parents ce concept est sécurisé.

Je me souviens d’un conseil reçu lors d’un atelier-parents dont l’objectif était de trouver des solutions pour apaiser une frustration ou une colère d’un enfant. L’animatrice disait « Reconnectez vos enfants à la nature. Proposez-lui de faire une trêve et d’aller courir pieds nus dans l’herbe, de sentir les fleurs, d’écouter les oiseaux! »Ce concept le prouve, la nature permet à l’enfant de se recentrer sur les choses essentielles et naturelles de la vie sans matériel, juste sentir-toucher-écouter.

Peut-être pourrions-nous nous inspirer de ce concept et l’adapter à notre environnement ?

 

 

 

Qu’est-ce que nous leur faisons faire?

** Mais pourquoi leur faire faire ça??? **

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager mon expérience de maman-abasourdie…

Et voilà, nous sommes déjà à la fin de l’année scolaire donc nous recevons les carnets de liaison et les classeurs d’évaluations. Mais c’est aussi le temps de venir admirer nos enfants réaliser leur spectacle de fin d’année.

Je vous vois venir, vous vous souvenez de vos spectacles de fin d’année? De mon côté, le souvenir que j’ai, c’est un joyeux moment de jeux tels que les pêches à ligne, la course dans un sac de pomme de terre ; les sandwichs et les frites, la musique, le maquillage.

Mais est-ce que vous souvenez de cette montée de stress lorsque vous êtes face à vos parents et les centaines d’autres??? 

 

Je suis allée voir le spectacle de ma princesse. Et ce que j’ai vu m’a interloquée. Les parents étaient tous attroupés devant des bancs (délimitation de la scène de nos futurs stars) et criaient le prénom de leurs enfants! Jusque-là, nous pourrions croire que c’est normal, nan? 🙂 J’arrive donc en tenant les mains de ma fille pour l’accompagner jusqu’à son groupe et là, STUPEUR, ma fille se met à trembler et pleurer.

Nan, mais vraiment, mettez-vous à la place d’un enfant de 4 ans et demi qui était fière de chanter devant ses parents à elle (uniquement à elle dans son idée) et se trouve face un attroupement d’adultes qui acclament leurs enfants ! Vous me direz: « le mien, il n’a pas peur, il chante dans la maison, devant des amis. » Mais cette personne a-t-elle demandé l’avis de son enfant? ou a-t-elle pris le temps de regarder son enfant (celui qui s’est caché tout au fond)? Et puis, il y a une grande différence entre oser faire cela en petit comité et le refaire devant une centaine de personnes.

 

Attention je ne blâme personne, ce n’est pas du tout l’objectif de cet article. Je me pose seulement la question : « Pourquoi voulons-nous absolument que nos enfants se donnent en spectacle devant tout le monde? » « Pourquoi leur infliger cela alors qu’il/elle fait une crise de pleurs ou de larmes pendant toute la durée de son spectacle? »

Peut-être suis-je une mère-louve trop sensible mais je n’avais qu’une envie c’était d’emmener ma fille loin de toute cette foule et de dire aux parents qui voyaient leurs enfants pleurer et paniquer « Récupérez vos enfants, regardez-le le pauvre ! »

 

D’autant plus que ma princesse a une joie de vivre quotidienne et passe son temps à danser et chanter cependant là, elle ne se sentait pas rassurée. Alors je suis restée auprès  d’elle et je l’ai écoutée et aidée à surmonter sa peur. Heureusement nous avons trouvé une solution, qui d’ailleurs après réflexion n’était peut-être pas l’idéal pour la maîtresse car tous les enfants auraient pu demander la même chose 🙂 Elle a donc tenu la main de sa maîtresse tout le long de son spectacle ce qui lui a permis de se détendre.

En tant que maman(-poule) sensible, il est parfois difficile de gérer ce genre de situation.

 

 

 

Prendre du temps pour soi

** Prendre du temps pour soi**

 Quand tu deviens parents, tu as conscience que tu vas t’oublier quelques temps. Parfois ce quelques temps peut se transformer en longue période.

Une question s’impose, voir plusieurs questions :

  • A partir de quand je peux m’autoriser à sortir sans mon/mes enfant/s ?

« M’autoriser »= déjà le verbe est mal choisi. Ce n’est pas une question de s’autoriser ou s’interdire !

  • Combien de temps ?
  • En couple ou entre ami(e)s ?
  • Qui va le/la/les garder ?

Je pense que pour « vivre son rôle de père/mère » pleinement, il est essentiel d’avoir du temps pour soi, pour souffler, s’amuser, évacuer les tensions…

Les enfants sentent quand nous ne sommes pas à 100% avec eux et ils le vivent plutôt mal.

Pour eux, il n’y a rien de mieux que de voir son papa ou sa maman tout sourire, détendu(e) et disponible. Parce que lorsque nous faisons des enfants ce n’est pas dans le but de se donner le titre de « Parents » mais plutôt pour vivre sa parentalité et le plus, pour s’épanouir dans son rôle de parents. Et pour être dans de bonnes conditions, il faut s’autoriser du temps pendant lequel on redevient « Homme, Femme, Époux, Épouse ». On se recentre sur nous-mêmes.

C’est aussi pour cela qu’il est nécessaire de prendre du temps pour son couple et du temps pour soi (entre filles ou entre mecs).

Parce que dans les moments « Couple » on enfile la casquette d’époux ou d’épouse. C’est donc un moment de partage où chacun veut faire plaisir à l’autre (normalement).

Alors que le temps pour soi (avec des ami(e)s), on se permet d’être centré(e) plus sur nous -mêmes. Cela permet de changer d’air, d’entendre les histoires des autres, de se détendre, de pleurer (sans remords) si besoin, …

Rien de tel qu’une soirée entre filles dans un bar à siroter des mojitos en redessinant notre vie :), en s’esclaffant de nos déboires d’éducation ou de nos moments sous la couette interrompus par un de nos mininous (je reviendrai sur ce sujet). Vous savez tous et toutes que le rire soigne tout, nan ?!

Allez, c’est parti pour 2 minutes de fous rires !! Si si je vous assure, ça fait du bien.

Vous allez me répondre que oui vous savez qu’il faut prendre du temps pour soi mais quand ? Comment s’organiser ?

Alors premièrement, quand ? Bah avant que tu te mettes à te transformer en Hulk devant ton petitou parce qu’il a juste fait un pet de travers mais que c’était celui de trop. Et que du coup, tu serais prête à lui bondir dessus. Je t’assure là c’est ALERTE-ALERTE !!!

Respire, tourne les talons, enferme-toi dans une pièce (crie dans un oreiller) pour réinvestir ton corps de Super-Maman.

Quand tu sens que tu es à fleur de peau, prends l’air.

Comment s’organiser ?Je suis assez mal placée. J’habite à 900km de ma famille. Donc je fais marcher le réseau des amis, des voisins, des collègues. (Et parfois, j’attends le séjour à domicile de ma maman pour en profiter.)

 Cependant ce n’est pas toujours évident de faire confiance. J’avoue que quand c’est une sortie couple, je ne suis pas entièrement dans mon rôle d’épouse tant que je n’ai pas reçu le texto « C’est bon, ils dorment ». Après, youhou, Sexy-Epouse est de retour, attention chaud-chaud ! Pour les sorties entre filles (ou mecs), c’est complètement différent puisque c’est le conjoint qui est le baby-sitter et là T.O.T.A.L.E confiance (enfin presque :)). Alors oui, mes moments privilégiés avec mes amies et en couple me permettent de me ressourcer.

De mon côté c’est une fois par mois entre filles et 1 fois tous les deux-trois mois en couple (à replanifier car pas assez à mon goût).

Ce n’est pas la fréquence qui est importante mais la qualité du moment alors :

Profitez, amusez-vous, détendez-vous pour vous et le bien-être de votre famille

<écrit le 5 avril 2016 >

Une famille ça partage tout!!

** Une famille ça partage tout !**

Vous avez déjà entendu cette phrase, non ?

Mais si : « dans une famille, on partage tout »

Bien sûr qu’au moment où tu donnes naissance à 1, 2 , 4… marmots il faut s’attendre à tout partager :

  • Humm, ça a l’air bon ce que tu manges Maman ? Et pic, une mini fourchette du minitoi s’incruste dans ton assiette et te chourre ta dernière frite, et comme si tu n’avais rien vu venir 😉
  • Ton minitoi au féminin : « oh Maman tes bracelets sont très beaux, ils brillent et font du bruit » Sauf que le lendemain matin avant d’aller au travail tu ne retrouves plus tes beaux bracelets. Heureusement et grâce aux grelots qui s’entrechoquent à chaque mouvement de bras de ta princesse tu les retrouves. Et pourtant elle les avait soigneusement caché sous ses manches 🙂

En fait, je ne parlais pas seulement de ce partage matériel, alimentaires et autres…

Non, non, je parlais du partage médico-viral 🙂 Vous voyez où je veux en venir ?! Quand nous entendons aux infos ou lisons sur les affiches de l’école : « épidémie de … » La première idée qui nous vient à l’esprit est « Sauves qui peut !! »

Vite une pharmacie pour acheter des VITAMINES et une épicerie pour des FRUITS. Car évidemment, on est certain que cet enrichissement de vitamines va nous protéger des microbes, pff faites-moi rire ( ou pleurer).

Par chance, ni l’un ni l’autre (des 2 minitoi) ne tombent malades ; enfin pour le moment.

SAUF que toi, Super-Maman combative à toute épreuve (enfin presque) tu chopes le « fameux virus » , « L’Angine de la mort » qui tue hihi. 15 bons et longs jours pour soigner cette fichue angine. Et pendant ce temps-là, la vie continue : boulot-maison-enfant-mari-dodo !! Et te voilà, enfin, guérie : ALLéLUIA !!

Non, non, attends avant de t’auto-déclarer Super-Gagnante : Maman 1 – Virus 0 

Sauf que : Super-Méchant-Virus n’en n’a pas fini avec ton nid douillet familial. Et hop, essayons avec choupette. Ma poupette à 4 ans ½ se bataillant contre un virus masqué. Ce n’est pas une angine cette fois, ce serait trop easy sweety. C’est décidé ce sera une rhino-pharyngite. Vous me direz quelle différence ? je vais vous le dire. Ce sont des nuits au rythme des toux, de la hausse de fièvre régulière, du nez trop bouché et des pleurs de fatigue. Heureusement qu’elle sait bien se défendre car au bout de 5 jours c’est terminé : HOURRA ! Enfin presque. Princesse 1 – Virus 0

Alors faisons un petit calcul : 15 jours pour Maman malade + 5 jours pour Petite Princesse = 20 jours avec très peu de sommeil.

Monsieur Virus est plus fort que jamais et décide de s’attaquer au plus petit de 2 ans et là c’est une grippe bien fiévreuse ! Et c’est reparti pour 5 jours et nuits avec des pleurs incessants, des hausses de fièvre. Et hourra, c’est terminé ! Petitou 1 – Virus 0

Ce qui fait 25 jours sans nuits complètes 😉

Et attention, voilà le tour bis de… Choupette. Et cette fois, c’est une otite, car rhume mal soigné.

AU SECOURS !!! heureusement pour elle et pour nous ça ne dure que 3 jours. Princesse 1 – Virus 2

= 28 jours de virus

Mais il manque quelqu’un à l’appel ?? Le Papa ?

Et c’est Super-Papa qui tombe malade à son tour lui aussi pour 15 jours. Papa 1 –Virus 0

Au bout de 1 mois ½, Monsieur Virus prend ses valises et décampe pour se délecter d’un autre foyer 🙂

Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que pendant ce laps de temps « Super-Parents » doivent tout de même aller travailler, cuisiner, ranger, organiser les plannings « nounou-garderie-école » et sortir avec les chouchous pour humer l’air frais et sain !

Y a pas à dire on est trop F.O.R.T.S.

<écrit le 21 mars 2016>

Les départs en vacances

**Les départs en vacances**

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet plus gai et plutôt connu : les départs en vacances. Ça vous parle, vous y pensez. Je vous vois déjà sourire, ou lever les yeux au ciel 🙂

Dernièrement il y a eu les vacances de printemps. Cette année j’ai fait la surprise à mon mari et nos enfants de nous offrir les billets d’avion pour voir sa famille en Tunisie.

Pour ajouter de l’excitation, du bonheur et du stress ( bah oui les départs en vacances sont quand même un peu stressant, non ?), cela faisait 10 ans que mon mari n’était pas rentré en Tunisie.

Qui dit départ en vacances, dit préparatifs !

Comme j’avais fait ce cadeau à Noël, nous étions L .A.R.G.E ; enfin c’est ce que nous pensions 😉

Plus la date du départ approche et plus les enfants sont excités. J’ai donc eu l’idée de faire un calendrier grand format qui permettait à chacun de visualiser les jours restants avant le jour J. J’ai également mis une carte avec le tracée de notre itinéraire, une idée soufflée par la mamie (instit retraitée ). Du coup, chaque soir avant le dîner c’était le moment du calendrier. Les enfants cochaient le jour passé et visualisaient l’itinéraire du voyage. Mais 3 semaines, c’est trop long. Alors il fallait trouver des activités autour de ce départ pour combler l’impatience et l’excitation. Il y a d’abord eu les vidéos puis les histoires. Et enfin arriva les préparatifs des valises. Bien sûr, comme la plupart des personnes, nous préparons une liste de choses à ne pas oublier (une liste qu’on oublie de consulter avant la dernière fermeture des valises ). Nous y voilà, à ressortir les vêtements d’été alors qu’il fait 10°C dehors. Nous invitons les enfants à participer au choix des vêtements. De toute manière, ils se seraient invités d’eux-mêmes. Attention, leur demander de faire un choix pour limiter c’est juste impossible pour eux. Bah oui, pourquoi ne pas tout mettre dans les valises ???

Evidemment, c’est à ce moment là que tu te rends compte qu’entre l’été dernier et maintenant tes enfants ont pris chacun une taille de plus !

Le chronomètre est lancé. Il faut acheter :

  • Des tenues d’été
  • Une trousse à pharmacie (non mais attend, la Tunisie c’est le désert ?!)
  • Des couches (bah oui, il n’y en pas là bas, nan ?!)
  • Des casquettes (plusieurs, au cas où qu’on en perde une, c’est comme les doudous ces trucs)
  • Les passeports. Arghh, le passeport de la petite n’est toujours pas arrivé (départ J-5) !!du coup, le stress et l’énervement en supplément pour ce petit détail qui pourrait faire capoter les vacances.

Alors J- 5 :

  • Valises inachevées
  • Enfants surexcitées
  • Maman angoissée par la 1ère rencontre avec le reste de la belle famille
  • Papa stressé par les retrouvailles
  • PASSEPORT MANQUANT POUR 1 PERSONNE

La coupe est pleine, la cocotte va exploser !

J-1 :

  • Valises bouclées
  • Passeport arrivé 🙂 (ouf, limite on verse une larme)

Tout est prêt ! Enfin c’est ce qu’on croit. Puis le jour J quand tu charges la voiture (à 6h du matin), tu te dis qu’une valise est trop lourde alors il faut monter à l’appartement pour prendre une valise vide. Et c’est parti, on décharge une des valises pour remplir une autre.

Non mais la blague : 2 adultes, 2 enfants = 3 valises en soute et 2 valises en cabine 🙂

Alors hop, en voiture tout le monde pour 1h30 en direction de l’aéroport.

La liste faite initialement pour ne rien oublier est restée sur l’étagère sans que nous la consultions (lol)

Et au bout de 10 minutes tes enfants te demandent déjà « Papi nous attend maintenant ? »Un grand « NON » collectif sort de nos bouches car il reste encore 1h20 de route, 1h30 d’attente à l’aéroport et 1h30 d’avion ; sans compter de retard. Pas de raison que l’avion ait du retard ?!

Finalement on arrive à l’aéroport au bout de 1h15 alors pour passer le temps (les portes d’enregistrement des valises ne sont pas ouvertes, il faut attendre encore 1h), direction un petit déjeuner afin d’occuper l’excitation des enfants.

Quelques heures après nous  arrivons, ENFIN, à bon port en Tunisie.

Conclusion, tu peux toujours être ultra organisé(e), avoir tout planifié, préparer ta liste, il y aura toujours des imprévus pour pimenter le fameux départ en vacances.

Mais au final, cette montée d’adrénaline te permet de savourer d’autant plus les vacances « reposantes » (que tu crois) tant méritées ! 🙂

<écrit le 30 avril 2016>

Un nouveau rythme de vie

** Un nouveau rythme **

Il y a 5 mois en arrière, notre rythme de vie a changé. « Non, non, pas l’arrivée d’un 3ème ! » Mon amour a retrouvé un emploi (après 1 an de chômage). Travaillant très tôt le matin (5h), nous avons du adapter notre organisation :

  • Changement de nounou pour petit monstre. Par chance, notre voisine de l’étage du dessus est nounou et avait une place disponible. 🙂
  • Garderie le matin pour notre grande princesse. Par chance, l’heure d’ouverture coïncide avec mon bus. 🙂
  • Mr Papa finit au plus tard à 12h donc monstrinou reste chez la nounou que le matin et notre grande ne va pas au périscolaire l’après-midi. 🙂 🙂
  • Et si Papa est de coupure, ce qui arrive uniquement tous les 15 jours le vendredi, les petits font une journée complète nounou-périscolaire.🙂 🙂

Au départ, ce changement a été fatiguant pour nous tous. Puis nous nous sommes habitués. Les avantages de ce changement, Maman a des moments privilégiés avec ces 2 chouchous :

  • Petit déjeuner à 3
  • Toilette du matin
  • Parcours Home-School avec sa princesse

Et Papa a le loisir d’être avec eux les après-midis et d’accompagner notre NinjaGirl au judo le mercredi.

 

Finalement, ce nouveau rythme nous fait du bien 🙂 !

                                                                                                                                                  <écrit le 15 mars 2016>

 

Introduction

** Introduction **

 

Il y a quelques mois, mon mari me disait : « Pourquoi tu n’écrirais pas ? »

Au départ, je me suis dit « mais quelle drôle d’idée » puis quelques jours plus tard « J’écrirais sur quel sujet ? ».

Et me voilà ! Après tout pourquoi pas ? C’est vrai, il y a une multitude de blogs de mamans (et même les papas s’y mettent), des livres de méthodologie sur le thème de l’éducation, des livres écris par des épouses et des mamans,…

Alors je me suis lancée. J’ai commencé par écrire un carnet mais pas un carnet de voyage. Plutôt, un carnet de ma vie pétillante de : Epouse-WorkingGirl-Mère-Sœur-Marraine-Femme !

Après plusieurs commentaires positifs et constructifs, j’ai fini par écouter mes lecteurs en décidant de créer ce blog.

Comme dans mon carnet, j’y raconterai ma vie actuelle, un peu de mon passé, de tout et de rien, des coups de gueules et des fous rires ce sera :

                       « Les chroniques d’une mère imparfaite et fière de l’être »

 

                                Alors bonne lecture !